Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le projet de reprise d’Equatoriales échoue

Il n'y aura pas de nouveau départ pour Equatoriales, la marque long-courrier de Donatello. Savanna Tours&Safari a renoncé à son projet de reprise, faute de dons suffisants.

La campagne de collecte de fonds initiée par le réceptif africain Savanna Tours&Safaris, en vue de la reprise de la marque Equatoriales, via une opération de crowdfunding, a pris fin hier, sans atteindre son objectif.

Les dons seront remboursés

"Le projet Un Nouveau Départ n'a pas réussi à lever les fonds nécessaires (soit un minimum 110 000 euros NDLR) pour proposer la reprise des activités d'Equatoriales au liquidateur de Donatello", explique Jean-Michel Juloux, directeur de Savanna Tours dans un communiqué.

"Les agents de voyages et professionnels du tourisme qui ont versé de l'argent sur le compte dédié à cette opération seront remboursés. Savanna Tours & Safaris remercie tous ceux et celles, nombreux, y compris des retraités agents de voyages, qui l'ont assuré de leur confiance et prodigué leurs encouragements", poursuit le texte.

Jean-Michel Juloux s'avoue déçu, persuadé "du potentiel de marché et des emplois de la partie Equatoriales de Donatello". Un Nouveau Départ ", en recourant à la formule inédite du financement participatif, "se voulait aussi une manière innovante d'envisager le monde professionnel du tourisme, via un tour-opérateur qui aurait rassemblé les différents maillons de la chaîne, depuis le réceptif jusqu'aux agents de voyages".

Des promesses de fonds qui ne se sont pas concrétisées

Pour revenir sur l'échec de la collecte, qui a rassemblé tout au plus 10 à 12 000 euros au lieu des 110 000 escomptés, le patron de Savanna Tours explique que cinq entreprises s'étaient montréés intéressées par le projet.

"L'une d'elle a souhaité repousser son investissement à septembre, deux autres se sont retirées car elles souhaitaient que l'on soit référencé par les réseaux alors que ce nouveau départ, pour ne pas fragiliser l'entreprise, voulait, dans un premier temps, éviter les super-commissions et les paiements après le retour ou à 90 jours qui affaiblissent les tours-opérateurs. La quatrième imaginait qu'en contrepartie, Equatoriales revendrait sa production sur les Etats-Unis. La cinquième, Voyailes, a tenu ses engagements et versé les fonds attendus, mais pas suffisants pour la réussite de  l'opération", détaille Jean-Michel Juloux.

Savanna Tours compte cependant rester actif sur le marché français, avec des projets : "J'ai créé la Sarl Kidogo  pour investir. Nous allons réfléchir aux possibilités qui s'offrent pour mieux promouvoir les circuits et les safaris en Afrique et dans Océan Indien".

Concernant la reprise éventuelle de marques ou d'actifs de Donatello, maître Valérie Leloup-Thomas, le liquidateur nommé par le Tribunal le 12 février dernier, ne fait, pour l'instant, aucun commentaire.

Les candidats éventuels avaient jusqu'au 12 mars pour se déclarer et présenter des offres. MJA-Mandataires Judiciaires Associés continue néanmoins d'enregistrer les demandes de créances.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique