Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Lutetia rouvre (enfin) ses portes

Fermé depuis 2014, l’emblématique hôtel de la rive gauche reprendra du service le 12 juillet.

La date a été repoussée à plusieurs reprises mais c’est désormais officiel : le Lutetia rouvrira ses portes le 12 juillet prochain. Comme le Ritz ou le Crillon, eux aussi rénovés de pied en cap, l’hôtel n’aura pas échappé aux contretemps et autres impondérables allant généralement de pair avec ces chantiers XXL, qui se chiffrent en centaine de millions d’euros.

Dans le cas du Lutetia, ce sont ainsi quelque 200 millions d’euros qui ont été investis pour redonner vie à cet hôtel de 7 étages, racheté en 2010 par le groupe israélien Alrov. Des travaux menés sous la houlette de l’architecte Jean-Michel Wilmotte. « Le pari est gagné, le Lutetia n’a pas perdu son âme », estime Jean-Luc Cousty, le nouveau directeur général de l’établissement. « C’est le grand travail réalisé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte », qui a su combiner un design contemporain avec les éléments historiques.

Cinquième étoile en vue

A l’instar des autres grands hôtels parisiens, le Lutetia a réduit le nombre de clefs pour proposer moins des chambres, mais dotées d’une plus grande superficie. Il compte désormais 184 chambres et suites – dont deux s’ouvrant sur des terrasses panoramiques -, contre 233 auparavant.

Le Lutetia mettra notamment l’accent sur le bien-être, grâce à un tout nouveau spa 700 mètres carrés, ainsi qu’une piscine de 17 mètres bénéficiant de la lumière naturelle. Un élément indispensable pour pouvoir prétendre au titre de palace. « Nous avons fermé en tant que quatre étoiles, et nous avons lancé le processus pour obtenir la cinquième étoile. Et on rouvre donc en intégrant à la fois les critères 5 étoiles et les critères Palace, pour ne pas faire ça en deux temps », indique Jean-Luc Cousty.

Le Lutetia sera exploité sous la bannière The Set Hotels, qui réunit également le Conservatorium à Amsterdam, et le Café Royal à Londres.

 

A lire également, sur le même sujet :