Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

France : 13 stations touristiques serviront de laboratoires

Le gouvernement a identifié 13 villes touristiques pour les accompagner, gratuitement, dans leur stratégie future.

Paris n’est pas le centre du monde, ni de la France ! Le gouvernement tient à le rappeler, à travers sa nouvelle opération coup de pouce. 13 stations de montagne et littoral bénéficieront de 20 jours d’assistance en ingénierie d’Atout France, soit l’équivalent d’une aide de 20 000 euros chacune sur 18 mois. « C’est une expérimentation sur 13 stations, vouée à s’étendre », a expliqué hier une source du Quai d’Orsay. Parmi les destinations choisies figurent Les 2 Alpes, l’Alpes d’Huez, La Grande Motte, La Baule, Saint-Jean de Mont, La Grande Motte, Le Lioran, Villard-de-Lans, Val Fréjus, Ax-les-Thermes ou encore La Baule. Autant de stations qui rencontrent différentes problématiques : manque d’enneigement, parc d’hébergement vieillissant, faible présence sur les réseaux sociaux, ou encore carence en termes de connectivité (transport).

La stratégie d’accompagnement du gouvernement a été scellée lundi, lors du comité de pilotage du tourisme auquel ont participé les acteurs du secteur (TO, hôteliers…) ainsi que le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, et la secrétaire d’Etat Deplhine Gény-Stéphann (Economie). Et ce, sous le haut-patronage du duo du Tourisme au Quai d’Orsay : le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne.

Vers une année 2018 record

« La croissance nationale dans le tourisme, c’est l’addition des croissances territoriales », a résumé la même source du Quai d’Orsay, alors que l’objectif national est d’atteindre 100 millions de visiteurs étrangers en 2010, contre 87 à 89 millions en 2017. Le but est également d’engranger 60 milliards d’euros de recettes touristiques, versus environ 53 milliards l’an dernier.

S’agissant de l’année 2018, elle s’annonce meilleure que 2017, qui correspondait déjà à un record. Les conflits sociaux ont toutefois ralenti la croissance. « La capitale tire très bien son épingle du jeu », précise le Quai d’Orsay. Le tourisme d’affaires et les capitales régionales ont en revanche souffert en avril et en mai, après un premier trimestre excellent. Bonne nouvelle pour les professionnels : l’été n’est pas impacté par les grèves, pour l’instant. Les réservations aériennes internationales affichent une croissance de 7,8%, sur les mois de juin, juillet et août, est-il précisé.

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.