Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Falepa Corsica, l’association qui redonne vie aux bouchons du tourisme

Falepa Corsica a décroché un Trophée Horizons grâce à une belle initiative. L’association, basée à Ajaccio, récolte les bouchons en plastique et les réemploie. Son directeur Patrice Pellegrin nous détaille le projet.

L’Echo touristique : Quelle est la vocation de Falepa ?

Patrice Pellegin : Falepa* Corsica est une association de réinsertion qui aide des personnes en difficulté, afin de leur permettre de retrouver une vie normale, par l’emploi. Nous avons un garage, un atelier de meubles électroménagers, une recyclerie, un service d’entretien d’espaces verts.

A l’origine, nous avons adhéré à Precious Plastic, un programme mondial lancé en 2012 par un designer industriel, Dave Hakkens. C’est un projet de recyclage des matières plastiques. Il y a vingt ateliers Precious Plastic en France, mais nous sommes le seul chantier d’insertion. Tous les process et les moules pour les projets sont en Open Source, c’est à dire libre de droits.

Falepa Corsica, l'association qui redonne vie aux bouchons du tourisme
Crédit : Felepa Corsica.

Concrètement, comment l’association fonctionne-t-elle ?

Patrice Pellegin : En 2021, nous avons créé un atelier de recyclerie plastique. Notre menuiserie crée des conteneurs pour récolter des bouchons, dans les centres commerciaux, des entreprises, chez les institutionnels, à La Poste, dans des épiceries, etc. Nous louons les conteneurs 37 euros aux établissements. Une fois collectés, les bouchons sont triés par couleur, par catégorie. On les lave, on les sèche, on les broie, on les transforme en paillettes. Puis l’une de nos machines les convertit en une sorte de pâte dentifrice mais en plastique. Ensuite, on peut construire des produit dérivés – porte-clés, magnets etc -, du mobilier ou encore des briques. 

Quels sont vos résultats, après un an d’expérience ? Comment se passe votre collaboration avec le secteur du tourisme ?

Patrice Pellegin : De février 2021 et décembre 2021, nous avons collecté 1,1 million de bouchons. C’est bien, mais avec 2 millions de touristes par an, nous avons encore du boulot… Il y a d’ailleurs au large de la Corse, vers la Sardaigne, une immense plaque de plastique qui flotte sur la mer. Dans le tourisme, nous travaillons avec les hôtels et les campings, dans la location de conteneurs à bouchons, comme dans la formation au recyclage. Cela représente 20 acteurs. Nous allons également collaborer avec les établissements Noemys, sur le continent, qui souhaitent créer des petits objets « brandés » avec du plastique qu’ils auront récolté.

Quels sont vos projets futurs ?

Patrice Pellegin : Nous voulons ouvrir un atelier à Bastia cette année. Par ailleurs, nous allons travailler avec une école d’ingénieurs de Toulouse pour envisager de construire des objets plus gros avec notre plastique recyclé tels des abris de jardin et des cloisons en briques. Enfin, nous souhaitons nous emparer du problème des masques Covid. C’est du plastique. Nous travaillons avec l’association Un geste pour la mer. Nous envisageons d’acheter une machine pour laver les masques, soit enlever virus et champignons. Ensuite, tout le masque peut être recyclé. Certains hôpitaux se montrent déjà très intéressés. Et en août, nous allons former quelqu’un au projet Precious Plastic en Guyane.

*Falepa (Faire Accéder Localement à un Emploi Professionnel Autonome)

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique