Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Faillites en rafale en Grande-Bretagne

Les faillites de tour-opérateurs se succèdent en Grande-Bretagne. Le 2 juillet, Malachite Travel et International Flights ont annoncé la fin de leurs opérations. Le 16, Goldtrail en faisait autant, avec 20 000 clients à rapatrier, notamment de Grèce et de Turquie, et plus de 100 000 réservations. En août, c’était au tour de Sun4U , le 12, avec plus d’un millier de clients à l’étranger, suivi, le 17, par la société Flight Options, opérant

Les faillites de tour-opérateurs se succèdent en Grande-Bretagne. Le 2 juillet, Malachite Travel et International Flights ont annoncé la fin de leurs opérations. Le 16, Goldtrail en faisait autant, avec 20 000 clients à rapatrier, notamment de Grèce et de Turquie, et plus de 100 000 réservations. En août, c’était au tour de Sun4U , le 12, avec plus d’un millier de clients à l’étranger, suivi, le 17, par la société Flight Options, opérant notamment sous la marque Kiss Flights (13 000 clients à l’étranger, principalement en Méditerranée et 60 000 réservations). Le 19, Blue Skies Destination mettait la clé sous la porte. Pointés du doigt par les professionnels, l’environnement économique, les annonces de rigueur budgétaire, une livre sterling défavorable et un temps clément sur le territoire sont à l’origine d’une baisse du nombre de départs cet été. Mais pour Gary Ash, directeur de Flight Options, qui s’est exprimé sur le site anglais Travelweekly.com, l’épisode du volcan islandais a été « dévastateur », entraînant une longue période de fermeture forcée de l’espace aérien, des coûts de rapatriement élevés et une baisse durable des départs (- 9 % sur avril-juin par rapport à 2009). Certains mettent aussi en cause une stratégie de prix cassés qui, pour des entreprises jouant sur le volume et de faibles marges, peut s’avérer fatale au moindre problème. Une critique en partie rejetée par Gary Ash : davantage que les faibles rendements et des réservations toujours plus tardives, ce serait le comportement des assureurs qui aurait précipité sa faillite.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique