Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment bien vendre son agence de voyages

La pyramide des âges aidant, nombreux sont les gérants qui veulent actuellement vendre leurs points de vente et leurs mini-réseaux, pour partir notamment à la retraite. Nous avons interrogé des spécialistes et des agents de voyages qui ont franchi le cap.

Vendre son ou ses agences, cela se prépare. Les gérants ont le choix entre deux solutions : céder les parts sociales de leur société ou vendre leur fonds de commerce. Une troisième solution consiste à vendre les murs, mais l’option est moins fréquente, car peu d’agents de voyages sont propriétaires de leurs agences.

La cession d’actions implique de prévoir une clause de garantie d’actif et de passif de la société, ainsi qu’une clause de révision du prix. « Ces clauses protègent l’acheteur pendant trois ans en cas de mauvaise surprise après la signature, comme un prud’homme non réglé avec un salarié, un litige avec un fournisseur ou des clients, ou des retards d’impôts. Ces événements peuvent impacter le montant de la vente, et une somme doit être garantie par la banque pendant cette période », explique un agent de voyages en province qui, en 2017, a vendu 550 000 euros ses trois agences, regroupées dans une holding (réalisant un volume d’affaires de 5,5 millions d’euros, à 80 % tourisme).

Fiscalement parlant, un impôt de 30 % s’applique sur la plus-value réalisée, mais d’importants abattements sont applicables, notamment en cas de départ à la retraite et en cas de constitution de holding au moins deux ans avant la cession (lire le « 3 questions à Philippe Lechat »).

Pour lire l’ensemble de cet article,
veuillez vous identifier avec votre compte si vous avez déjà un abonnement
à L’Echo Touristique OU abonnez-vous


Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique