Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SAS : les finances s’épuisent, la compagnie se restructure

La compagnie aérienne SAS a accusé une perte avant impôts de 244,74 millions d’euros pour le trimestre de novembre à janvier.

SAS a annoncé mardi le lancement d’un important plan visant des économies annuelles supplémentaires de près de 750 millions d’euros, face à de nouvelles lourdes pertes et le risque d’épuisement de ses réserves financières.

« En l’absence de changement majeur », la situation actuelle du transport aérien plombé par les effets de la pandémie « va rapidement épuiser les ressources en cash de SAS », prévient l’entreprise, dont les Etats danois et suédois sont les principaux actionnaires.

Cette « transformation complète » de son activité affectera « le réseau, la flotte, les accords sociaux et d’autres postes de coûts avec un vaste plan de transformation », a annoncé l’entreprise dans un communiqué.

Baptisé « SAS Forward » (« SAS en avant »), il va notamment se traduire par un « ajustement » de la flotte « y compris un repositionnement du long-courrier », a précisé la compagnie. SAS, qui s’était déjà délesté de 40% de ses effectifs (5 000 postes) en 2020, n’a pas évoqué pour l’heure de nouvelles suppressions d’emplois.

SAS ne vaut plus que 800 millions d’euros

Le groupe n’a pas précisé à quel horizon il comptait atteindre la réduction de 750 millions d’euros de ses coûts. Nous ferons un point sur la progression de SAS Forward en avril », précise la compagnie.

L’an dernier, SAS a creusé ses pertes après un exercice 2020 déjà désastreux, avec une perte nette d’un peu plus de environ 240 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en fort rebond à environ 5,5 milliards.

En début de séance à la Bourse de Stockholm, l’action SAS, malmenée ces derniers jours sur fond d’inquiétude sur sa situation financière, gagnait 5,46% à 1,13 couronne. Au cours actuel, l’entreprise ne vaut plus qu’environ 800 millions d’euros. SAS a bénéficié de plusieurs plans d’aide et de recapitalisation depuis le début de la pandémie, alimentés principalement par Copenhague et Stockholm, qui détiennent chacun 21,8% de l’entreprise.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique