Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair charge les contrôleurs aériens français

Énervée d’avoir dû annuler un peu plus de 1 000 vols en mai à cause des grèves des aiguilleurs du ciel, Ryanair a demandé à la Commission européenne et aux pays membres d’agir d’urgence pour stopper la détérioration des services du contrôle aérien.

« Encore une fois ce week-end, le contrôle du trafic aérien (CTA)  français sera en grève samedi et dimanche, provoquant l’annulation de centaines de vols, perturbant les projets de vacances de milliers de passagers, regrette son patron Michael O’Leary. Beaucoup de ces vols n’atteignent même pas la France, mais entraîneront des perturbations car le CTA français demande aux compagnies aériennes d’annuler les survols tout en protégeant les routes intérieures françaises. » Jeudi, Ryanair a donc demandé à la Commission européenne et aux gouvernements européens « d’agir d’urgence pour stopper la détérioration alarmante des services du CTA européens ».

Préserver l’été

Selon la compagnie low cost irlandaise, en mai, plus de 117 000 vols ont été retardés dont 61% pour cause de pénuries et de grèves du personnel du CTA.  En mai 2018,  EasyJet a annulé 974 vols contre seulement 117 en mai 2017. De son côté Willie Walsh, le PDG de British Airways, a déclaré : « Ce qui a le plus impacté, ce sont les grèves du CTA et l’environnement du CTA actuel, qui est un gâchis. Cela détruit le trafic dans toute l’Europe. On pensait que ça irait mieux en 2018 mais la situation empire. »

« Ces perturbations sont inacceptables et nous demandons aux gouvernements britannique et allemand ainsi qu’à la Commission européenne de prendre des mesures urgentes et décisives pour garantir que les prestataires du CTA disposent d’un personnel complet et que les survols ne soient pas affectés lorsque des grèves nationales se produisent, comme c’est fréquemment le cas en France », appuie Michael O’Leary. Selon lui, des mesures urgentes s’imposent pour éviter que des milliers d’autres vols soient perturbés, en particulier pendant les mois de juillet et août.