Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rentabilité : des performances à la hausse

La rentabilité des voyagistes reste faible. Mais rigueur et bonne gestion ont amélioré les performances.

Pour la première fois depuis 2000, le résultat net global des tour-opérateurs référencés dans notre palmarès est bénéficiaire. Certes, le profit est infime voire ridicule, tout juste 1,5 ME pour 210 TO recensés et 8,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Mais en cumulant à eux trois 74 millions de pertes, le Club Méditerranée, Look Voyages et Fram faussent la tendance, qui s’avère avoir été à l’amélioration en 2004. Ainsi, seules 19 entreprises du tableau ont soldé leur exercice sur des pertes, contre une bonne trentaine en 2003. Surtout, rigueur et saine gestion, rendues indispensables par la crise au lendemain du 11 Septembre, ont eu des vertus. Et comme 2004 a donné de vrais signes de reprise avec des destinations long-courriers très en forme, de nombreux TO ont pu se féliciter d’enregistrer de jolies performances.

Il y a bien sûr les habitués des lauriers. Capitales Tours, spécialiste des groupes et comités d’entreprises, est une fois de plus champion de la rentabilité ; Plein Vent confirme son retour aux places d’honneur après des exercices en berne en 2001 et 2002 ; Go Voyages, Voyageurs du Monde, Brokair groupes (une filiale du groupe Transat) ou encore Switch, Aventuria et Voyamar sont aussi à la fête. Au total, 27 entreprises réussissent le tour de force de dépasser les 3 % de rentabilité. Du jamais vu depuis longtemps (elles n’étaient que 16 à passer cette barre en 2003).

Une concurrence féroce

En haut du tableau, il faut saluer le bel exercice du groupe Kuoni, avec un résultat net historique, et celui du groupe Marmara qui, avec un bénéfice de 7,28 ME, réalise le meilleur gain net de l’année. A noter aussi que de petits spécialistes tirent particulièrement bien leur épingle du jeu, à l’image de Terres de Charme, Objectif Nature, Roots Travel, Next, Chemins de Sable (épaulé par sa maison mère Point Afrique), Fleuves du Monde ou encore Ikhar. La preuve que ces TO de niche maîtrisent parfaitement leur développement et ont choisi des secteurs porteurs (haut de gamme ou randonnée pour la plupart). Des performances qui confirment aussi que la spécialisation (et souvent la vente directe !) reste l’un des meilleurs atouts sur un marché où les généralistes se livrent une concurrence féroce.

Car si Jet tours a retrouvé, encore modestement, le chemin de la rentabilité tout comme Nouvelles Frontières, le Club Med, Fram et surtout Look Voyages, en mal de positionnement, ont de nouveau chuté en 2004. Parmi les déçus de l’année, il y a aussi deux spécialistes de l’Espagne, Iberica et Mundicolor (repris depuis par Marsans Transtours), qui ont indubitablement souffert de la mévente des destinations de la zone euro. En difficulté également l’année dernière, le spécialiste de la Grèce Air Sud a été racheté ce printemps par son réceptif Opta Travel. Quant à la Collection Extraordinaire, elle a été reprise en location gérance par Korè Voyages.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique