Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pierre et Vacances : la pandémie aura coûté 300 millions d’euros au printemps

Le groupe Pierre et Vacances/Center Parcs, contraint de fermer ses différents sites à la mi-mars, pourrait perdre jusqu’à 300 millions de chiffre d’affaires sur le troisième trimestre 2019/2020.

300 millions d’euros : c’est le manque à gagner, en termes de chiffre d’affaires, pour le groupe Pierre & Vacances/Center Parcs, sur le troisième trimestre de l’exercice (d’avril à juin), à cause de la pandémie. « Et près de 140 millions d’euros sur notre résultat opérationnel courant, malgré les différents dispositifs enclenchés pour préserver l’entreprise (chômage partiel, négociation des loyers, prêt garanti par l’Etat, …) », calcule Yann Caillère, le directeur général du groupe. Sur le plan financier, Pierre & Vacances/Center Parcs disposait de 253 millions d’euros de trésorerie au 31 mars 2020, abondée par un prêt garanti par l’Etat à hauteur de 240 millions d’euros obtenu en juin.

Pourtant, le premier semestre est jugé « très satisfaisant », par Patricia Damerval, directrice générale adjointe en charge des finances de l’entreprise. Au terme du premier semestre de l’exercice 2019/2020, Pierre & Vacances/Center Parcs enregistre un chiffre d’affaires de 696 millions d’euros, (-5,7%). Une baisse que le groupe impute notamment à la fermeture de la quasi-totalité de ses sites à la mi-mars. « Sur les 15 derniers jours du semestre, nous avons perdu 31 millions d’euros de chiffre d’affaires… et 30 millions d’euros de contributions », calcule Patricia Damerval.

© Pierre & Vacances/Center Parcs

Le plan de redressement suit son cours

L’activité « Tourisme », en légère hausse à 547,4 millions d’euros (+0,7%) est portée par la fréquentation des Center Parcs (+10%) et de Villages Nature (+20%). Pierre & Vacances Tourisme Europe perd du terrain (-8,4%), notamment à cause de la réduction de l’offre en montagne (malgré l’ouverture de deux nouvelles résidences à Méribel et Avoriaz) et des rénovations provoquant la fermeture temporaire de résidences Adagio. Le résultat opérationnel courant s’établit à -125,6 millions d’euros. « Les résultats du groupe au 31 mars 2020, structurellement déficitaires sur le 1er semestre de l’exercice du fait de la saisonnalité de ses activités, ne reflètent pas la dynamique de croissance du Groupe, pénalisée par les premiers effets de la crise du Covid-19 », tient à préciser Pierre & Vacances.

Et, malgré le contexte, la direction n’entend pas ralentir son plan de redressement, présenté en janvier 2020, et baptisé Change Up. « Nous suivons la feuille de route, et nous continuerons de le faire. Notre nouvelle organisation en ‘business lines’ est effective depuis le 15 mars, et nous négocions actuellement les départs volontaires, avant de procéder aux premiers licenciements, en septembre. Initialement, nous devions avoir terminé cette phase au 1er octobre 2020. Nous n’accuserons que quelques semaines de retard », précise Yann Caillère.

Pour rappel, Pierre & Vacances/Center Parcs « envisage le nombre maximum de 220 licenciements (sur 12 850 collaborateurs) dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi […], principalement au siège en France ».

A lire aussi :

1 commentaire
  1. Terryn Eric dit

    Bonjour,
    contrairement à ce qui est écrit, les loyers n’ont pas été négociés mais un abandon de loyer a été imposé aux bailleurs sans aucune concertation.
    Cordialemùent

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique