Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Moyen-Orient

L’Egypte s’envole, malgré le crash de Sharm El Cheik et de nouveaux attentats. Dubaï et Oman confirment leur percée, tandis que la Jordanie refait surface.

Une année commençant avec une catastrophe aérienne à Sharm El Cheik. Quoi de pire ? Malgré un début d’année sinistre, l’Egypte réussit pourtant en 2004 une belle envolée sur le marché français avec 465 174 touristes, 49,6 % de plus qu’en 2003 ! Touchée également par un attentat en octobre 2004, cette fois à Taba, à la frontière israélienne (34 morts et une centaine de blessés), la destination n’a pas perdu sa cote d’amour dans le coeur des Français. Leader sur la destination, Etapes Nouvelles réalise haut la main son objectif, avec près de 93 000 clients. Malgré le crash de Flash Airlines, Fram s’assure la deuxième place du classement au coude à coude avec STI. Nos clients ont continué à nous faire confiance. Et l’Egypte est devenue multidestination. Aux croisières et circuits classiques, s’ajoutent les séjours balnéaires sur la mer Rouge, excellents relais en basse saison, estime Georges Viallard, directeur de la production.

L’année 2005 ne devrait pas être aussi rose. Car Sharm El Cheik a de nouveau été endeuillé en août, cette fois par un attentat sanglant. Il n’y a pas vraiment eu d’annulations à la suite de ce drame, mais les réservations ont chuté. Tous les tour-opérateurs ont un retard de trois semaines, qui ne pourra pas être rattrapé, estime Hervé Vighier, PDG d’Etapes Nouvelles. Le TO devrait toutefois dépasser son objectif de 125 000 clients fin 2005, grâce à un bon début d’année. Autre destination dont la croissance est exponentielle : Dubaï, avec 80 401 Français (+ 20 %). Le pays espère accueillir 15 millions de touristes internationaux en 2010 et investit dans de nouvelles structures toujours plus folles.

Travaux pharaoniques à Dubaï

Après deux îles artificielles et une soixantaine d’hôtels de grand luxe, Dubaï fignole, entre autres, une immense Cité du golf dotée de plusieurs parcours. Autant de travaux pharaoniques qui causent quelques désagréments passagers aux visiteurs. Cet hiver, Dubaï prend néanmoins la place des Maldives chez Kuoni dans la brochure Emotions. En complément des forfaits shopping et plages de Dubaï, le tour-opérateur lorgne aussi du côté d’Oman, autre destination qui monte, bien qu’encore confidentielle (3 800 Français). Il la propose cet hiver dans sa brochure Sables, mais aussi dans ses catalogues Emotions et Circuits, tout comme Jet tours qui la combine avec Dubaï. C’est une autre image de l’Arabie, la seule destination du golfe à pouvoir proposer du modernisme mais aussi des vestiges, car elle a gardé ses palais et châteaux hérités des Portugais, s’enthousiasme Ashraf Abou El Ghait, chez Djos’Air.

Durement touchée depuis le début de la guerre en Irak et le conflit entre Israël et la Palestine, la Jordanie redore doucement son blason. Djos’Air, filiale du groupe franco-égyptien Rosette, s’y arroge la place de leader (3 000 clients), grâce en particulier à son vol spécial sur Air Link (filiale du même groupe) affrété chaque semaine entre Paris et Aqaba, sur la mer Rouge, où il programme des séjours balnéaires dans des hôtels 4 et 5 étoiles. Il devance Nouvelles Frontières/TUI (1 451 clients). 2005 s’annonce sous les meilleurs auspices (+ 21,6 % à fin juillet). Kuoni y croit aussi et a ouvert vingt départs supplémentaires pour son circuit Diffusion cet hiver (+ 70 %).

Malgré les turbulences qui secouent le pays, Israël confirme la reprise amorcée en 2003, avec 257 484 Français (+ 47,6 %), même s’il s’agit pour l’essentiel d’une clientèle qui rend visite à la famille. Touriscope y affiche une belle progression avec quelque 41 000 clients.

La Libye s’ouvre doucement

Plus modestement, la Libye s’installe doucement sur le marché. Les ventes confirment le succès des circuits culturels, qui viennent s’ajouter aux randonnées dans le désert. Et la simplification des procédures de visa devrait les aider. Reste au pays à s’équiper en infrastructures pour s’imposer comme une destination importante dans les prochaines années. Quant au Liban, qui amorçait pourtant une belle remontée avec 94 347 Français (23,5 %), il est à nouveau sous les feux de l’actualité et les ventes ont cessé depuis l’assassinat de l’ex-premier ministre, Rafic Hariri, en février dernier.

Enfin, montrée du doigt à chaque attentat et soubresaut géopolitique dans la zone, la Syrie (33 599 Français, en progression de 24,8 %) reste difficile à vendre, malgré l’intérêt suscité auprès des voyageurs curieux. Même punition pour le Yemen (environ 8 000 Français), récemment à la une de l’actualité. Le Quai d’Orsay y a interdit tout déplacement pendant quelques semaines et même si l’interdiction a été levée, les voyagistes hésitent encore à prendre des risques.

Le crash de Flash Airlines, en janvier 2004, n’a pas freiné la croissance. L’Egypte continue à faire rêver les Français

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique