Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Marc Lolivier, délégué général de la Fevad « Le tourisme est le premier secteur du e-commerce »

Poids de l'e-tourisme, projet de commission sectorielle, nouvelle directive européenne sur l'e-commerce : Marc Lolivier, délégué général de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad) répond en exclusivité pour L'Écho.

L'Écho Touristique : Comment évolue l'e-commerce ?

M.L. L'e-commerce a progressé de 11 % au premier trimestre, selon notre indice iCE 40, qui rassemble 40 sites leaders. L'e-tourisme a gagné 12 %, malgré l'impact du printemps arabe. Nous sommes impressionnés par la capacité d'adaptation du secteur, qui se montre agile face aux aléas de la conjoncture.

 

Quelle place occupe le tourisme ?

C'est le premier secteur de l'e-commerce. Il représente environ un tiers des ventes en ligne soit 10,7 MdsE sur les 31 MdsE que totalise l'e-commerce en 2010. Son importance est telle que nous réfléchissons au sein de la Fevad à la création d'une première commission sectorielle, dédiée à l'e-tourisme et de consacrer à cette activité une étude annuelle.

Ce secteur est trusté par les pure players. Mais les acteurs traditionnels prennent de plus en plus conscience du potentiel d'Internet. Le tourisme reste de très loin le service star de l'e-commerce : 56 % des 28 millions de cyberacheteurs français ont acheté un voyage au cours des six derniers mois. C'est un taux de pénétration record. Souvent, l'e-tourisme est porté par l'innovation. Nous avons vu qu'il avait un temps d'avance avec les billets dématérialisés, la géolocalisation, les avis, le m-commerce…

 

Le m-commerce va-t-il remplacer le e-commerce fixe ?

Non ! Les deux sont complémentaires. Le m-commerce restera limité par le confort restreint d'utilisation des portables. Mais son explosion est proche, puisque plus de 50 % du trafic Internet passera par les smartphones d'ici 2014. Cela jouera un rôle important pour les magasins, grâce à la géolocalisation. Le taux de transformation sur Internet atteint 2 % chez nos adhérents, alors qu'il est 55 % dans les magasins ! Si vous attirez un mobinaute dans un point de vente, c'est le jackpot ! Les agences de voyages ont tout intérêt à se réinventer. L'e-tourisme servira de locomotive au m-commerce.

 

La nouvelle directive sur l'e-commerce, applicable dans 2 ans et demi aura un impact faible sur l'e-tourisme…

Pas si faible que cela. Rappelons d'abord qu'il est faux de croire que l'e-commerce était jusqu'alors exempt de règles sur le plan européen. Nous dépendons d'une directive sur la vente à distance de 1997, et d'une autre sur le commerce électronique de 2000. Les autorités de Bruxelles souhaitent harmoniser les règles régissant l'e-commerce dans les pays de l'Union, notamment afin de favoriser le commerce transfrontalier. La récente directive a été rédigée dans cet objectif. Parmi les mesures qu'elle instaure, l'interdiction des cases précochées, qui constitue une pratique courante dans les assurances (de voyage, Ndrl), aura un impact sur certains sites Web. Quant au délai de rétractation, qui passe de 7 à 14 jours, il s'appliquera à beaucoup de secteurs, mais pas au tourisme.

 

La législation relative aux cookies va-t-elle se durcir pour les marchands, et pénaliser leur développement ?

La directive européenne adoptée en décembre 2009 pose le principe du consentement préalable de l'internaute pour l'utilisation, par les sites Internet, des cookies (*). Elle devait être transposée dans tous les États membres cet été. L'internaute sera effectivement mieux informé au sujet des cookies mais il ne faudrait pas que son consentement préalable soit demandé à chaque cookie, sinon, toute l'économie des sites pourrait être pénalisée ! La publicité ciblée est devenue une source de revenus quasi indispensable.

 

La fraude en ligne augmente-t-elle ?

Le taux de fraude à la carte bancaire sur Internet atteint 0,26 %, soit environ 70 millions d'euros. Le pourcentage est stable depuis 10 ans. Mais comme le commerce électronique s'est fortement développé, la fraude a augmenté en valeur dans le même temps.

 

(*) un cookie est une sorte de mouchard généré par un serveur Internet (et stocké sur le disque dur de l'internaute) afin de permettre à un site de reconnaître l'internaute à chacune de ses futures connexions.

 

L' e-tourisme déçu par la saison été 2011

 

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%

Laisser un commentaire