Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les bénéfices d’Air France en chute libre

Le résultat net de la compagnie est en recul de 74,2 % pour le premier semestre de son exercice 2003-2004.

Année après année, les bénéfices d’Air France fondent comme neige au soleil. Sur le deuxième trimestre de son exercice 2003-2004 (juillet à septembre), la compagnie a dégagé un résultat net de 48 ME en retrait de 14,3 % par rapport à la même période de l’exercice précédent. Rapporté aux six premiers mois (avril à septembre), le bénéfice après impôts n’est plus que de 52 ME soit une dégringolade de 74,2 % ! Ce chiffre, le plus mauvais depuis quatre ans, s’explique par la conjoncture très dégradée dans le transport aérien. Ce semestre a été affecté par les conséquences de la guerre en Irak et de l’épidémie de Sras qui a sévi en Asie, commente le PDG d’Air France, Jean-Cyril Spinetta. Malgré le redressement significatif enregistré depuis la mi-août, notre trafic sur les destinations asiatiques n’a retrouvé son niveau d’avant la crise qu’à partir d’octobre.

60 millions d’euros d’économies sont programmés

Une mauvaise passe qui rejaillit aussi sur les performances de la compagnie en termes d’activité. A 3,18 ME le chiffre d’affaires trimestriel (juillet à septembre) de la compagnie recule de 1,6 % par rapport à l’année dernière. Sur le semestre, le retrait atteint 5,5 %. Le long-courrier régresse de 1,1 %, contrairement au moyen-courrier international, qui augmente de 1,7 %. Le réseau intérieur reste stable (+0,8 %), malgré la concurrence d’Easyjet et d’Aéris. Ces difficultés n’empêchent pas cependant Air France de maintenir des performances plutôt meilleures que ses rivales. Seules KLM et British Airways ont fait mieux, en dégageant chacune au deuxième trimestre un bénéfice de 90 ME(+4,6 %) et 154,4 ME (-57 %).

Pour préserver ses résultats, la compagnie française va prendre une nouvelle série de décisions qui devraient lui permettre d’économiser 60 ME sur le second semestre. Elle ne modifie pas sa prévision de résultat d’exploitation, légèrement positif pour l’exercice 2003-2004. Au-delà, Air France mettra prochainement en place un nouveau plan de réduction de coûts sur trois ans, dont les agences pourraient faire les frais.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique