Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : réflexions pour un week-end

Quelques étrangetés relevées cette semaine, de quoi réfléchir durant le beau week-end qui s’annonce. Ainsi, l’Umih, face à la pénurie de main d’œuvre dans l’hôtellerie-restauration envisage de faire appel à de la main d’œuvre étrangère…

Il est très inquiet mon Basque Tonitruant (à ne pas confondre avec mon autre Basque Bondissant) Roland Héguy, président du syndicat Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie). A l’approche de la saison d’été, on redoute dans ce secteur que plus de 200 000 emplois de saisonniers ne soient pas pourvus.

Bien que pas franchement nouveau, même avec la crise sanitaire, le problème reste entier. Le monde de la restauration hôtellerie a évolué. Les conditions de travail qu’acceptaient « avant » les collaborateurs ne leur semblent plus réellement acceptables. Travailler le soir, le week-end, le matin, le midi…

D’accord, c’est prenant, c’est crevant. C’est le lot de ces métiers. Et il est vrai que, souvent, les patrons d’établissements rechignent à, au moins, accorder des salaires plus attractifs. Eternel angoisse.

Dominique Gobert, éditorialiste

Il est vrai aussi qu’il est impératif, après deux ans de crise, de ne pas rater la saison estivale.

Du coup, peut-être pour éviter également de songer à améliorer les conditions de travail de ces saisonniers (ou même des salariés « toute saison »), à l’Umih, on n’a pas de saisonniers… mais on a des idées.

Puisque les salariés « nationaux » ne viennent pas au métier, allons chercher des travailleurs étrangers qui eux, ont besoin de travailler… et qui ne trouvent pas de boulot dans leur propre pays.

Du coup, c’est vers la Tunisie qu’a jeté son dévolu le syndicat. Après tout, de jeunes tunisiens, diplômés de différentes écoles spécialisées de leur pays, tout aussi compétents, c’est pas idiot. Même si certains vont hurler au charron et se prononcer, à grands renforts d’onomatopées racistes, contre ces initiatives.

Les discussions vont bon train entre le syndicat et le ministère de l’Intérieur, dont on ne connaît pas encore franchement la position. Toutefois, ces travailleurs pourraient venir exercer leur métier durant 5 mois maxi, seraient payés au SMIC et devraient obligatoirement être logés par leurs employeurs.

Très franchement, ça parait un bon accord. Sauf que je ne suis pas sûr de la finalité du projet…

Tiens, autre sujet, cette annonce récente de la disparition progressive du Lido, ce cabaret mythique connu du monde entier.

Racheté il y a quelques mois par le groupe Accor, Bluebell’s girls et autres artistes devraient sans doute être licenciés dans les prochaines semaines…, 157 personnes sur 184 avec l’abandon du « dîner-spectacle ».

Bon, une chose est sûre, on ne regrettera pas la restauration de ce lieu, absolument mauvaise mais dont les touristes américains, toujours gastronomes, raffolaient. Faut dire qu’un foie gras qui s’apparentait davantage à un pâté de foie dégoulinant de chaleur, accompagné d’un champagne insipide, ils aiment !

Enfin, pour terminer sur une note joyeuse, je voudrais saluer le retour de notre Corinne Renard, figure elle aussi mythique de notre secteur d’activité et égérie de la société créée par mon ami Rémy Arca, Un Océan de Croisières. Après le départ de Rémy Arca, elle avait été virée bassement. Bienvenue, Coco, dans le monde du tourisme et à Exploris, dont tu vas assumer la direction commerciale à la rentrée prochaine.

Après la traversée du désert, la grande aventure de la mer !

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique