Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : l’IFTM, c’est la renaissance ou pas ?

Reprise ou illusion de reprise ? Pas évident, mais, au moins une chose est sûre : cette année, l’IFTM est bien ouvert et Frédéric Lorin a fait le job jusqu’au bout. C’était pourtant pas gagné…

En revanche, faut pas croire que l’on soit totalement sortis de l’auberge. Comme le dit si finement Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV), après un premier espoir raté, « on va voir enfin le bout du tunnel ».

Propos largement confirmés par un Jean-Baptiste Lemoyne salué par l’ensemble des participants à l’assemblée générale du syndicat professionnel. Et c’est vrai, le secrétaire d’Etat au Tourisme a lui aussi fait le job. Je ne sais pas si les élections qui se présentent conforteront cette action, mais une chose est sûre : la profession a été non seulement défendue, mais encore aidée au-delà de ce que l’on attendait. La France reste d’ailleurs un des seuls pays à avoir porté, quasiment à bout de bras, ce secteur primordial de notre économie. 

Dominique Gobert, éditorialiste

Et maintenant, me direz-vous ? Dans les allées du salon IFTM, sorti des traditionnelles phrases, souvent hélas convenues du genre « Oh, ça me fait plaisir de te voir », « Comment vas-tu ? », et l’incontournable réponse (sincère ? Roooh !) « Moi, ça va ! », tout n’est pas encore si bien que ça.

Pour Frère Lemoyne, néanmoins, la saison touristique en France a été relativement bonne… mais ça reste quand même encore mitigé. Cette performance, insiste-t-il, est due pour beaucoup à la vaccination qui a permis une certaine mobilité. Mais, surtout, « ne mollissons pas sur la vaccination. Ce salon est une renaissance, ne la gâchons pas ! ».

Renaissance, oui, on peut le souhaiter. Pour le dernier trimestre de l’année, les réservations court et moyen-courriers sont en pente ascendante, dues principalement aux réservations de dernière minute.

En revanche, pessimisme certain pour ce qui touche le long-courrier… Faut dire qu’entre les pays orange, verts ou rouges, il est très difficile à un malheureux agent de voyages de trouver un bon plan pour ses clients.

Caramba.

Mais, néanmoins, il faut aussi compter sur ce fameux plan de relance de la France en général et du tourisme en particulier. « Non seulement nous avons encore 6 mois, jusqu’au dernier quart d’heure, pour continuer à progresser, mais aussi le plan de relance, comme l’a indiqué le Président Macron, vise l’horizon 2030 », a souligné Jean-Baptiste Lemoyne.

Si je compte bien, ça représente encore deux mandats. Et pourquoi pas ? Finalement, quand on a un ministre qui connaît son boulot, faut pas trop changer d’équipe, n’est-il pas ?

Et puis, comme le nouveau dispositif d’aides aux entreprises du tourisme, le « sur-mesure », est en très bonne voie, continuons d’y croire. Le patron du Medef, également en visite à l’AG des EdV, l’a fort bien exprimé : « Les entreprises sortent renforcées de cette crise » !

Parfois, un gros malheur peut cacher un petit bonheur…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique