Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La publicité pour les vols intérieurs et les voyages courts bientôt interdite ?

Stop aux spots pour l’aérien et le voyage ? C’est en tout cas la volonté de certains députés écologistes. Le texte sur la publicité sera débattu demain.

« Le Palais Bourbon va-t-il se transformer en service marketing de la SNCF et des low cost ?  », s’est offusquée l’Union nationale des Compagnies Aériennes Françaises (UNCAF), mardi 6 octobre. Pour comprendre la fureur des professionnels de l’aérien, il faut revenir à l’été dernier. Le vendredi 10 juillet, le groupe Écologie, démocratie et solidarité dépose à l’Assemblée nationale une proposition de loi pour « faire de la publicité un levier au service de la transition écologique et de la sobriété ».

Le but ? Encadrer plus strictement la publicité, considéré comme un levier important pour limiter les appels à la surconsommation débridée. Cette proposition de loi a elle-même été nourrie par la Convention citoyenne pour le climat (CCC) qui avait formulé plusieurs préconisations sur le sujet dans son rapport rendu fin juin.

Destinée à être votée le 8 octobre prochain, la proposition de loi, dite « Loi Evin Climat », ne reprend plus que 3 des 22 propositions du texte initial.

Plus de publicité pour les voyages de moins de 15 jours

Concrètement, la proposition de loi comporte une série d’interdictions progressives pour plusieurs produits ou services polluants et sur certains supports. Sont dans le viseur les réclames pour les véhicules à moteur à essence ou diesel, mais surtout celles concernant les liaisons aériennes pour lesquelles existe une alternative en train en moins de quatre heures et demie. Seraient également dans le viseur les sites comparateurs de prix pour les billets d’avion. De même que la publicité pour des vols long-courriers ou des offres de voyage incluant un vol long-courrier pour un séjour sur place de moins de 15 jours.

« Limiter la communication des compagnies pour les vols qui se trouvent en concurrence avec la SNCF nous parait plus sortir d’une plaquette commerciale que d’une analyse technique et scientifique, argue l’Uncaf. Ce projet est sans aucun impact sur le CO2 mais fera par contre souffrir encore plus nos compagnies françaises, nos emplois, notre industrie et le maillage économique nécessaire à nos régions. »

Le texte défendu par l’ancien parlementaire LREM Matthieu Orphelin (désormais Ecologie Démocratie Solidarité) indique que les annonceurs consacrent chaque année 34 milliards d’euros au marché de la publicité en France, tous supports confondus… Si ce texte est soutenu par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, qui prépare également un texte pour le gouvernement sur le sujet, il est en revanche rejeté par le ministre de l’Economie Bruno le Maire.

Déjà fortement impactée, l’industrie du voyage pourra-t-elle survivre sans la publicité demain ? La question aura toute sa place lors des débats du Forum international sur le tourisme de demain A World For Travel qui se tiendra les 5 et 6 novembre 2020 à Evora.

A lire aussi :

2 commentaires
  1. Bertrand dit

    Il y a vraiment des imbeciles chez les politiques, ont ils déjà travaillé dans leur vie. Si cette loi devait passer j’ose espérer que TOUS LES PROFESSIONNELS du voyage vont manifester contre celle ci et faire comprendre aux politiques que nous en avons marre les voir tuer notre économie.

  2. Pierre dit

    A part INTERDIRE dans ce pays… Sait-on faire autre chose ? TOUT devient interdit

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique