Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Henry Briance (Certares) : « La destination France nous intéresse »

Actionnaire de Marietton et de Voyageurs du Monde, le fonds d’investissement dédié au voyage s’intéresse à certaines entreprises françaises. Nous avons interviewé son directeur général Henry Briance, dans le cadre du congrès Selectour.

L’Echo touristique : Vous êtes basé à New York. Pourquoi êtes-vous présent au congrès de Selectour qui se déroule actuellement à Hammamet ?

Henry Briance : Laurent (Abitbol, président du directoire de Selectour) m’a invité. C’est une bonne opportunité pour moi de rencontrer ses équipes, partenaires et fournisseurs. Laurent m’a aussi demandé de partager avec les congressistes la vision de Certares vis-à-vis du secteur du voyage. Nous avons des participations dans près de 20 entreprises du tourisme et du voyage d’affaires. Malgré la pandémie, nous croyons très fortement en cette industrie. Nous avons d’ailleurs continué à investir au cours des deux dernières années, nous avons grandi pendant la pandémie. Notre perception est résolument optimiste. La reprise arrivera, nous sommes extrêmement confiants. Dès que les restrictions de voyage cessent, les gens recommencent à voyager.

Vous avez déjà des participations dans Marietton (que Laurent Abitbol préside) et Voyageurs du Monde. A quelle hauteur ?

Henry Briance : 49% du groupe Marietton, et environ 30% de Voyageurs du Monde. En tout, nous avons près de 20 participations dans des entreprises du voyage, dans le monde entier : dans le tour-operating, la distribution, l’aérien, la location de voitures, les croisières, les activités…

En France, quelles sont les opportunités qui pourraient vous intéresser ?

Henry Briance : Je pense à des activités complémentaires aux nôtres. Nous n’achèterons pas une entreprise qui a un profil comparable à Marietton. La destination France nous intéresse. Elle est et restera attractive. Les voyageurs du monde entier auront toujours envie de découvrir Paris et la France. Investir dans une marque qui fait découvrir la France serait intéressant. C’est un souhait, pas un projet ferme.

Nous aimons le modèle économique de Center Parcs.

Justement, Certares aurait été intéressé par Pierre et Vacances, et plus particulièrement par Center Parcs…

Henry Briance : Nous aimons le modèle économique de Center Parcs. Le produit, en pleine nature et proche des villes, a un positionnement très intéressant. Dans notre portfolio, nous n’avons pas ce type de lieux de vacances accessibles en voiture depuis son domicile. Ce concept, qui nous intéressait déjà avant la pandémie, serait complémentaire à nos participations dans des entreprises positionnées sur le moyen et le long-courrier.

Ce serait aussi une façon de diversifier votre risque…

Henry Briance : Oui, les gens continueront d’aller en Tunisie et ailleurs à l’étranger pour leurs vacances. Mais je crois aussi en ces lieux d’escapades plus proches, pour des week-ends et des courts séjours. Pour vivre en plein-air, faire des activités. Nous sommes déjà actionnaires, aux Etats-Unis, de GetAway, qui propose des escapades dans des cabanes. Les gens ont besoin de faire des breaks dans l’année, pas trop loin de leur domicile.

Avez-vous des projets d’investissement à court terme ?

Henry Briance : Nous avons un projet très avancé*. Les autres projets sont à de premiers stades de discussion, essentiellement. Nous avons fortement investi ces six derniers mois, entre le loueur Hertz, la plateforme d’agents de voyages Avoya, la société de maintenance et de leasing d’avions Avia. Cela requiert énormément d’énergie. 

L’aérien vous intéresse-t-il ? Par exemple la compagnie Corsair ?

Henry Briance : Aujourd’hui, nous ne passons pas de temps sur l’aérien. Mais on ne dit pas que ce sera toujours le cas.

Revenons à Marietton. Pensez-vous qu’il fasse bientôt un rachat, avec votre soutien ? La pandémie peut-elle le conduire à faire une pause ou au contraire à saisir des opportunités ?

Henry Briance : Je ne serais pas étonné que Laurent continue de faire grandir son groupe. Pas dans les deux prochaines semaines bien sûr. La pandémie requiert beaucoup d’attention, mais elle peut aussi créer des opportunités. Et Laurent a une vraie vision à long terme.

La pandémie a-t-elle changé votre métier d’investisseur ?

Henry Briance : Le problème avec la pandémie, c’est que tout le monde a besoin d’argent, presque immédiatement. Il y a beaucoup de pression. Nous avons l’habitude de passer du temps à identifier des opportunités, créer des relations de confiance, prendre des décisions. Nos critères demeurent inchangés : une bonne entreprise et un bon management, pour que nous puissions ensuite accompagner l’entreprise dans son développement. 

____________________________________________________

Un fonds qui investit sur le long terme

Certares dispose d’une capacité financière de 4 milliards de dollars. Le fonds américain a plus investi au cours des 18 derniers mois que dans les huit années précédentes, a expliqué ce 3 décembre son directeur Henry Briance, lors du 11e congrès Selectour. Pourquoi croit-il aux agences physiques (en tant qu’actionnaire de Marietton et d’Amex GBT notamment), lui a demandé le journaliste-animateur François-Xavier Izenic ? « Nous croyons au service qu’apportent les bonnes agences de voyages », a répondu Henry Briance. Notamment pour les voyages complexes, ou même les réservations de vols secs pour lesquels les remboursements peuvent être compliqués… Certares a aussi la particularité de rester sur « le long terme », alors que d’autres fonds se retirent parfois au terme de 3 à 5 ans. Depuis sa création en 2012, il n’a revendu aucune de ses participations.

*Le projet « très avancé » qu’évoque Henry Briance a été annoncé quelques heures après l’interview de L’Echo : il s’agit de l’introduction en Bourse d’Amex GBT avec de nouveaux partenaires financiers de Certares. 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique