Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Congo : le plus ancien parc national d’Afrique rouvert aux touristes

Le parc national des Virunga (PNVI), le plus ancien d’Afrique, est de nouveau ouvert aux touristes après plus de neuf mois de fermeture imposée par plusieurs incidents meurtriers.

Le parc national des Virunga, classé Parc national en 1925, au Congo, vient de rouvrir au public, suite aux conclusions d’un audit des mesures de sécurité. « C’est à partir d’hier (vendredi) que le tourisme est à nouveau rouvert au public » dans le parc national des Virunga, a déclaré son directeur, le Belge Emmanuel De Mérode.

« La sécurité du Parc national des Virunga a été soumise à un audit mené par un organisme internationalement respecté et les rapports ont indiqué que tous les indicateurs sécuritaires sont bons », a-t-il ajouté. Les activités dans le PNVI étaient suspendues depuis le 11 mai 2018, après la mort d’une ranger et l’enlèvement de trois personnes dont deux touristes britanniques, libérées deux jours plus tard.

En péril depuis 1994

Entre le 9 avril et le 21 mai 2018, deux militaires, un civil, cinq gardes et un chauffeur avaient été tués dans le parc dans des attaques d’hommes armés non identifiés. Le PNVI a enregistré en 20 ans 176 personnes tuées, selon un bilan de juin 2018. En 2014, son directeur Emmanuel de Mérode, avait survécu à une attaque.

« Nous sommes satisfaits de cette réouverture car c’est un signal fort qui montre que la paix et la sécurité sont garanties », dans le PNVI, s’est réjoui pour sa part Olivier Kamusinzi, ministre provincial de l’Environnement du Nord-Kivu (est). Situé à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda, les Virunga s’étendent sur 7.800 km2 dans la province du Nord-Kivu, fief de plusieurs milices et groupes armés.

Des bords du lac Kivu et du volcan Nyiragongo, à la sortie de Goma jusqu’aux monts Rwenzori à la frontière avec l’Ouganda, le PNVI sert notamment de refuge à des espèces menacées comme le gorille des montagnes ou l’hippopotame. Il est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1979 et sur la liste du patrimoine mondial en péril en 1994.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique