Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment recruter un apprenti

La formation des maîtres d’apprentissage, bientôt obligatoire, pourrait redorer l’image de la formation par alternance. La loi pour le développement de l’alternance et la sécurisation des parcours professionnels vise à porter le nombre d’apprentis dans les entreprises françaises de 600 000 à 1 million.

Le recrutement d’un apprenti implique les chambres consulaires (Chambres des métiers, Chambres de commerce et d’industrie), qui enregistrent les contrats d’apprentissage et les transmettent au centre de formation. Les jeunes y reçoivent la partie théorique et académique de leur enseignement, en alternance (une semaine, quinze jours, un mois selon la formation). L’entreprise doit faire débuter le contrat d’apprentissage au plus tôt trois mois avant et au plus tard deux mois après le démarrage, généralement en septembre, de la formation dans le CFA.

Le salaire versé à l’apprenti est totalement exonéré de charges sociales. Il évolue au cours de la formation, et augmente en fonction de l’âge de l’apprenti. À moins de 18 ans, en première année, le jeune reçoit une rémunération équivalente à 25 % du SMIC. Le salaire passe à 37 % du SMIC en deuxième année puis à 53 % en troisième année. Des avantages en nature peuvent être déduits de cette rémunération si l’apprenti est nourri ou logé dans l’entreprise qui l’accueille, notamment dans l’hôtellerie.

Après avoir recruté un apprenti, l’entreprise bénéficie d’un crédit d’impôt annuel (1 600 E). Les conseils régionaux, collectivités territoriales en charge de la formation professionnelle, versent à l’employeur une indemnité compensatrice forfaitaire de 1 000 à 1 700 E par an (variable en fonction des régions). En cas de rupture de contrat, cette indemnité est remboursée.

La formation obligatoire des maîtres d’apprentissage, à partir de septembre 2012, rétablira un engagement fort dans l’entreprise d’accueil, disparu depuis 1994 avec l’arrêt des anciens agréments d’apprentissage. Ce « permis de former », obtenu après trois journées de formation, attestera de la capacité de ces professionnels à prendre un jeune en charge.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique