Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Boeing : pas de 737 MAX avant juin, 1 milliard de manque à gagner par jour

Boeing a annoncé ce mardi que le 737 MAX ne revolera pas avant mi-2020. L’annonce de ce report a conduit à la suspension temporaire de l’action de Boeing.

Boeing a annoncé mardi que le 737 MAX ne revolera pas avant mi-2020, soit avec plusieurs mois de retard qu’anticipé. Ce qui devrait gonfler la facture des déboires de cet avion cloué au sol depuis plus de dix mois après deux accidents ayant fait 346 morts.

Boeing avait initialement espéré une remise en service du MAX en « quelques semaines » après l’immobilisation au sol mais avait dû abandonner son optimisme face aux rappels à l’ordre des régulateurs. Il espérait encore récemment que son avion vedette revolerait fin février-début mars.

Le nouveau report n’était pas dû, selon la source, à un « nouveau problème », mais aux risques attachés à la procédure d’approbation par les autorités de l’aviation civile et de possibles nouveaux développements dans cette crise, a expliqué un peu plus tard Boeing.

Une action en chute libre

« C’est aussi à cause de l’examen rigoureux que les autorités de l’aviation civile appliquent, et avec raison, à chaque étape de l’inspection » de l’avion, a souligné le constructeur aéronautique. L’agence fédérale de l’aviation (FAA) a fait savoir qu’elle n’avait pas encore fixé de calendrier: « La priorité de la FAA est la sécurité », a expliqué le régulateur aérien.

Les premières informations sur la prolongation de l’interdiction de vol du MAX ont fait chuter de plus de 5% l’action Boeing et conduit à sa suspension temporaire vers 19H12 GMT à Wall Street. Quand la cotation a repris une quarantaine de minutes plus tard, le titre était toujours en baisse, et a fini sur un recul de 3,33%.

Le report est un véritable casse-tête pour les compagnies aériennes puisqu’elles ne pourront pas compter sur le MAX en pleine saison des grands déplacements d’été. Une fois l’interdiction de vol levée, il faut au moins un à deux mois aux compagnies pour préparer les avions et s’assurer qu’ils fonctionnent normalement, ont-elles déjà prévenu.

1 milliard de dollars de manque à gagner

American Airlines, United et Southwest avaient annulé les vols sur le MAX jusqu’à début juin, et devraient par conséquent revoir ce calendrier. La facture devrait encore grimper pour Boeing, estiment les analystes financiers, qui évaluent à un milliard de dollars par jour le manque à gagner. Elle s’élève actuellement à 9,2 milliards de dollars mais le directeur général David Calhoun, aux commandes depuis le 13 janvier, devrait annoncer un nouveau chiffre, lors de la publication des résultats annuels, le 29 janvier. Boeing cherche actuellement à emprunter au moins dix milliards de dollars pour faire face à l’explosion des coûts, dont l’indemnisation de ces compagnies aériennes et des sous-traitants ainsi qu’à la compensation des familles des victimes.

Le groupe a néanmoins fait une avancée importante sur un autre aéronef, le long courrier 777X qui peut transporter jusqu’à 426 passagers. Après des mois de retard, notamment en raison de problèmes avec le nouveau moteur GE9X, il a finalement programmé le vol inaugural pour jeudi. Si tout se passe bien, Boeing demandera, dans les prochains mois, l’homologation de cet avion pour une entrée en service en 2021.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique