';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Amérique latine

La région progresse encore en 2004, tirée par le Mexique. Le Brésil, qui poursuit sa croissance, n’arrive cependant pas à la hauteur des espérances.

L’Amérique latine et centrale, les tour-opérateurs y croient ! Et si la zone a encore une fois bénéficié des reports de l’Asie (Sras oblige), ses bons résultats s’expliquent surtout par le Mexique, qui fait un véritable carton, et le succès grandissant de pays dont certains, encore confidentiels, ont un potentiel énorme. Avec des ventes de forfaits en hausse de 31,6 % en 2004 selon le Ceto, le Mexique signe une croissance continue depuis quatre ans, preuve de la bonne santé touristique du pays. Le nombre de visiteurs français sur l’année reste cependant inconnu, l’Office de tourisme étant incapable de fournir ce chiffre (mais il précise toutefois que le Mexique a accueilli 140 000 Français entre octobre 2004 et mai 2005). A la fois destination balnéaire (avec une Riviera Maya en pleine croissance) et de circuits, le pays dispose de vols réguliers et charters (Vacances Transat, Look, Marsans…), d’une hôtellerie variée et de qualité, et d’une bonne représentation en France. Résultat : les réservations ont progressé. Et même les petits en profitent : Dima Tours, qui a lancé le Mexique en septembre, s’approche en effet des 400 clients.

Brésil : l’aérien à la traîne

Toutefois, 2005 risque d’être en demi-teinte : le cyclone Emily, qui s’est abattu sur la côte est mi-juillet, a ralenti les ventes. Et plusieurs hôtels ne rouvriront pas avant le 1er décembre. A l’inverse, avec 245 956 Français (+ 8,4 %), le Brésil n’a pas été à la hauteur des espérances. Si le nombre de clients de Marsans a triplé, c’est grâce au vol charter vers Salvador que le TO a lancé avec Star Airlines. Mais les ventes ont encore stagné chez beaucoup de voyagistes, et nombre d’entre eux insistent sur le manque de capacités aériennes.

L’arrivée d’Etapes Nouvelles (1 500 sièges/semaine au départ de Paris et de la province vers Recife cet hiver) devrait toutefois aider au décollage de la destination. Et l’année du Brésil en France semble porter ses premiers fruits.

Avec près de 15 000 Français, l’Equateur a encore du mal à percer. Vacances Transat l’a d’ailleurs retiré de sa production. Une bonne nouvelle : le pays dispose maintenant d’un bureau de représentation en France (Interface Tourisme), qui multiplie les actions de marketing et de communication. Parmi les petites destinations qui montent, l’Argentine et le Chili (+ 12,8 %), qui devraient confirmer leur percée en 2005. Les croisières en Patagonie se vendent comme des petits pains, se réjouit Didier Sieradzi, directeur commercial de Dima Tours. Et Vacances Transat lance un combiné Argentine/Chili cet hiver. Le Pérou et la Bolivie, dans l’air du temps, poursuivent leur ascension.

Enfin, encore très confidentiel, le Panama suscite beaucoup d’espoirs. Look lui dédie une page dans sa brochure d’hiver et Jet tours le place en nouveauté. Vacances Transat le combine pour sa part avec le Costa Rica. Les résultats sont au-delà de nos espérances, avec déjà 400 clients, se félicite Patrice Caradec, son directeur général. Avec ses belles plages, ses forêts et ses volcans, la destination pourrait à l’avenir créer encore d’autres surprises.

L’Equateur, qui a encore du mal à percer, commence à multiplier des actions de marketing et de communication

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire