Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

American Airlines voit toujours plus grand à New York-JFK

La compagnie américaine a réalisé le plus gros investissement de son histoire en édifiant le terminal 9 de l’aéroport JFK à New York. Il lui permettra, à terme, de traiter 13 millions de passagers par an. Le maire de la ville, Michael Bloomberg a souligné


 

Après plusieurs années de travaux et un investissement de 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros), American Airlines a inauguré le 29 août son nouveau terminal T9, à l’aéroport international de New York-JFK. Avec ses 150 000 mètres carrés, il possède une capacité de 12,8 millions de passagers par an, offrant une marge de progression importante à American Airlines, qui a traité l’an dernier 8 millions de personnes sur la plate-forme aéroportuaire. Accueillant également les vols Finnair et Malev en attendant d’autres compagnie de l’alliance Oneworld, le terminal dispose de 36 portes avec 19 dédiées aux vols internationaux  (dont les deux quotidiens d’American en provenance et à destination de Paris).

Les passagers business et première disposent respectivement de deux salons Admirals Club et d’un Flagship Lounge, et la compagnie leur promet un enregistrement et le passage des contrôles de sécurité en moins de 30 minutes grâce à des files spéciales. Les voyageurs en classe éco bénéficient également de meilleures procédures d’enregistrement avec l’installation de 84 comptoirs et de 44 kiosques d’auto-enregistrement.

 

Le terminal 9 a été inauguré mercredi dernier par le maire de New York, Michael Bloomberg, qui estime que cette infrastructure participe à l’amélioration de l’accueil des visiteurs dans sa ville. L’occasion de lancer Just ask the locals, la nouvelle campagne de communication de l’office du tourisme (NYC & Company), déclinée en affichage, cartes postales, vidéo, internet… Elle met à contribution quelques New-yorkais célèbres, comme les comédiens Robert DeNiro et Julianne Moore, qui apportent leurs conseils pour découvrir la cité et dévoilent leurs endroits préférés. L’objectif vise à montrer que New York ne se limite pas à downtown Manhattan mais comprend une multitude de quartiers. La campagne joue ainsi sur la diversité des habitants et des cultures qui constituent Big Apple, explique Michael Bloomberg. Un enjeu important pour New York, dont le tourisme a généré des dépenses de 24,71 milliards de dollars (près de 20 milliards d’euro) de la part des 43,8 millions de visiteurs enregistrés en 2006. D’autant que les étrangers représentent seulement 17 % des arrivées mais contribuent pour la moitié des dépenses dans l’hôtellerie, la restauration, le shopping…

Si le nombre de visiteurs a augmenté de 9% entre 2000 et 2006, le maire se montre en outre inquiet de la baisse de 17% de fréquentation observée au niveau national au cours de la période. La question des visas et le stress du passage de la douane pour entrer dans le pays seraient notamment responsables de cette désaffection pour les professionnels du tourisme. Il faut de la sécurité mais aussi des frontières où les personnes puissent entrer et sortir facilement, estime Michael Bloomberg. Les visiteurs ne doivent pas être maltraités à leur entrée sur le territoire américain. Nos agents ont le devoir d’être poli et prévenant, reconnaissant en substance un véritable problème. Le pays ne semble toutefois pas choisir cette voie compte tenu des nouvelles mesures de sécurité toujours plus contraignantes et restrictives qui ont été votées par le Congrès, et qui représenteraient pour les Français le retour de manière déguisée du visa.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire