Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vers un incentive responsable

Les TO et agences d’événementiel qui proposent des prestations durables ont chacun trouvé leur place dans un secteur en expansion.

Plusieurs TO proposent, à côté de leur offre grand public, des voyages sur mesure pour les entreprises : team-building au Maroc, séminaires internes dans les Alpes, formations au développement durable … Un positionnement qui les place en concurrence directe avec les agences de communication événementielle, sans pour autant les pénaliser. Chacun mise sur ses avantages historiques. Les premiers, voyagistes positionnés de longue date sur un tourisme de nature ou d’aventure, adaptent leur savoir-faire à la demande des entreprises. Voyageur du Monde (VDM), qui travaille sur ce créneau depuis une quinzaine d’années, capitalise sur des hébergements originaux : croisières en bateau de charme sur le Nil, riad de luxe et camps en plein désert marocain. « Nous avons aussi beaucoup de succès pour les découvertes de grandes capitales autour d’événements comme la Coupe du monde de football », explique Lionel Habasque, en charge du pôle chez VDM. « Mais on ne met pas l’accent sur le développement commercial. On mise plutôt sur la qualité et sur notre savoir-faire. » L’activité incentive ne représente ainsi que 1 % du chiffre d’affaires de VDM, près de 3 ME. Même positionnement chez Asoka, une agence qui appartient au groupe Atalante. « Nous faisons du sur-mesure grâce à l’expérience et aux partenaires du groupe et à un réseau de consultants en ressources humaines. Nous n’avons pas fait le choix de la quantité explique Séverine Jordikian. » Au programme, voyage en Cappadoce et à Istanbul pour des chargés d’affaires, team-building en Laponie, séances de travail et sport dans les Alpes françaises. Olivier Catrou, responsable du jeune pôle entreprise d’Allibert, affiche, lui, un positionnement plus marqué : « le fil conducteur de tout projet est la sensibilisation au développement durable. Nous privilégions les actions en France. Un séminaire de deux jours dans le Vercors, par exemple, avec des conférences sur le développement durable. » Du côté des agences d’événementiel, dont certaines se sont spécialisées dans le green au cours des dernières années, la démarche est proche – événements écoconçus et orientés autour de jeux et formations sur le développement durable – et les clients, grands comptes et entreprises du CAC 40, sont parfois les mêmes. Mais elles empiètent peu sur le domaine de prédilection de TO comme VDM, Atalante, ou Allibert. « Nous travaillons aussi avec des grosses entreprises, comme La Poste, ou Natixis, explique Béatrice Eastham, fondatrice et directrice des opérations de l’agence Green Événements, créée en 2009. Mais nos actions sont plus ciblées sur la France. Si la demande est en augmentation pour ce type d’événements, particulièrement pour des entreprises déjà en avance sur le sujet, le marché n’est pas mûr. ». En effet, pour les entreprises, l’organisation d’événements internes verts ne vient généralement qu’après la production d’un discours et d’un positionnement forts sur le sujet, au moins en termes de communication. Un phénomène qui s’avère assez récent, comme le prouve la création par Le Public Système, il y a seulement deux ans, d’une agence spécialisée, Namaska. Le marché de l’incentive, s’il se met véritablement au vert, reste donc à conquérir. Et les agences, comme Green Évenements – première à avoir organisé un événement certifié BS8901, un label britannique qui devrait être transcrit en France avec la certification ISO 20121 – semblent mener la course.

« Si la demande est en augmentation […] le marché n’est pas mûr »