Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[Tribune de Bruno Maltor] De l’importance de réguler le marché de l’influence

Dans cette nouvelle tribune, Bruno Maltor, qui fête les 10 ans de son blog voyage, évoque la professionnalisation graduelle de l’influence.

Il y a 15 jours, on a parlé du fait que l’on vivait sans doute l’âge dorée de l’influence.

Aujourd’hui, je veux rappeler à quel point il est important de réguler ce secteur, et ce que devraient faire les entreprises, agences et Offices de tourisme afin d’aider l’influence à évoluer dans le bon sens.

Un certificat existe désormais ! Et oui, vous ne rêvez pas, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) propose depuis quelques temps un certificat afin de tendre vers un monde de l’influence toujours plus honnête et responsable.

Dans ce dernier, on suit un cursus en ligne qui permet d’apprendre plein de choses : comment annoncer ses collaborations, que faire légalement si on met en avant ses enfants sur les réseaux, si on a le droit de mettre en avant de l’alcool sur ses contenus, etc. Comme au permis de conduire, après avoir suivi une formation, on a un test… Et il faut avoir 75% de réussite pour obtenir le certificat.

J’ai (évidemment) passé ce test, et il permet d’avoir une très belle vision d’ensemble sur ce qu’on peut/ne peut pas faire.

Une petite journée suffit globalement pour suivre le cursus. Simple, basique.

Offices de tourisme, agences, marques : imposez le certificat de l’ARPP aux influenceurs avec lesquels vous allez travailler en 2023.

Selon moi, ça permet surtout d’avancer dans la bonne direction.

Et, toujours selon moi, il est de la responsabilité des entreprises de ne travailler qu’avec des créateurs certifiés. À ce sujet, au 15 septembre 2022, seulement 150 influenceurs l’étaient. J’ai comme le sentiment que, si le certificat était imposé pour des collaborations, beaucoup plus de créateurs se motiveraient 😉

À titre d’information, quand même, on voit que tout va dans le bon sens : 83% des collaborations commerciales ont au moins un début d’identification aujourd’hui selon l’ARPP. Ce chiffre me paraît démontrer que tout va dans le bon sens.

Aujourd’hui, d’ailleurs, des entreprises comme le Club Med obligent les créateurs à avoir ce fameux certificat afin de travailler avec elles. Et je trouve ça formidable.

Pour que ce marché continue à prendre les bons rails, il faut aussi que l’ensemble des acteurs forcent les créateurs moins motivés à se mettre à la page.

Offices de tourisme, agences, marques : imposez le certificat de l’ARPP aux influenceurs avec lesquels vous allez travailler en 2023 ! Cela vous assurera des créateurs transparents avec leur communauté, et des collaborations efficaces avec des gens engagés.

Qui sait, peut-être que demain, les créateurs auront aussi un statut spécial, qui permettra de définitivement bien encadrer cette activité.

Bruno

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique