Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rendez Vous France 2006 joue l’union sacrée

Des acheteurs étrangers, et pour la première fois français, ont rencontré les prestataires du tourisme hexagonal réunis Porte de Versailles les 3 et 4 avril derniers.

Jusqu’alors trois salons (Rendez Vous Paris & more, Grand Sud et Cap à l’Ouest) organisés par Maison de la France permettaient aux acheteurs étrangers de rencontrer les prestataires du tourisme français adhérents du GIE. Cette année, une manifestation unique s’y substituait. Retour à la centralisation ? Pas vraiment, puisque deux éditions sur trois de Rendez Vous France se dérouleront en région (Strasbourg ouvrira le bal en 2007). Nous souhaitions donner une image plus fédératrice et simplifier la vie des professionnels, explique Thierry Baudier, DG de Maison de la France, les traditionnels post-tours (23 différents) permettant aux acheteurs de découvrir l’offre sur le terrain.

La démarche, pragmatique, semble d’autant plus pertinente que le nombre de visiteurs en provenance de marchés émergents augmente (Chinois, Brésiliens, Indiens, Saoudiens…), tandis que les marchés matures mènent depuis longtemps des missions en solitaire. Autre nouveauté : l’invitation d’une cinquantaine d’agences réceptives et d’autocaristes français. De quoi mieux remplir les carnets de rendez-vous des régions et prestataires moins gâtés par les étrangers, qui privilégient toujours Paris et la Côte d’Azur à la Meuse ou à l’Auvergne. Même si on rencontre des acheteurs de Hongkong qui programment Bordeaux, les Châteaux de la Loire et Saint-Malo, ou des Indiens qui commencent à vendre la France seule et non dans le cadre d’un tour d’Europe…

Workshop très pro aux dires des exposants, Rendez-Vous France apparaît aussi comme un lieu où l’on débat de la question des visas, où l’on s’interroge sur l’image de la France après les révoltes des banlieues et à l’heure des manifestions anti-CPE, et où les prestataires français se familiarisent avec les exigences des grands marchés de demain, incitant certains à traduire les documents édités en chinois ou en arabe, par exemple.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique