Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pas de croisières aux Antilles françaises avant la mi-janvier 2022

Une décision lourde de conséquences pour le tourisme local et prise au terme d’une réunion du Comité France Maritime (CFM).

C’est un coup dur pour l’industrie du tourisme, et notamment les compagnies de croisières et les agences de voyages aux Antilles : la région, en tout cas la Guadeloupe et la Martinique, ne devrait accueillir aucune escale de bateaux de croisières avant le 15 janvier 2022… au moins. Une décision prise, notamment, face au faible taux de vaccination contre le Covid-19 dans les deux îles, comme l’a repéré La 1ère (FranceInfo).

Pour les compagnies de croisières, la date du 15 janvier 2022 est tout aussi proche (un navire de grande capacité ayant besoin de plusieurs semaines pour se positionner) que lointaine (la saison hivernale sera déjà bien entamée dans les Caraïbes). Toutes espéraient pouvoir opérer dans la région, grâce à l’élaboration de protocoles spécifiques.

Jusqu’à 70% du chiffre d’affaires d’une agence

Des protocoles qui n’auront pas convaincu les autorités locales, peut-être sensibles à l’accueil parfois mitigé des populations locales à l’égard des grands navires de croisières internationaux.

Pour la filière touristique, le coup est dur à encaisser. En effet, aux Antilles, le marché de la croisière a un taux de pénétration bien plus important qu’en métropole, et structure l’activité de nombreuses agences de voyages. Habituellement, la clientèle locale représente la moitié des passagers de ces croisières hivernales, et entre 20 et 70% du chiffre d’affaires de certaines agences, spécialisées ou non. Sans compter l’impact sur l’ensemble de la chaîne touristique. En Guadeloupe, par exemple, la croisière de loisirs génère environ 7% des emplois maritimes directs et indirects.

Avec cette annonce, peu de chances de voir des compagnies majeures choisir de positionner leurs navires dans des ports d’embarquement situés en Martinique ou en Guadeloupe. Au profit des autres îles des Caraïbes, et au détriment des professionnels du tourisme à destination et ailleurs.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique