Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ouest canadien nature et démesure

Pays des ours, des orques et des wapitis, l’Ouest canadien est aussi un écrin de cimes glacées, moins hautes que les Alpes mais plus boisées. Des panoramas à couper le souffle, trop peu connus des Français, qui hésitent encore à aller au-delà du Québec.

L’Ouest canadien et ses mythiques Rocheuses ont tout pour crever l’écran. En témoigne le fameux documentaire L’enfant des neiges, de l’explorateur Nicolas Vanier. Reste que l’Alberta et la Colombie-Britannique sont loin de l’imaginaire des Français. Quand nos compatriotes vont au Canada, c’est avant tout chez leurs cousins du Québec. Moins de 10 % d’entre eux font 5 000 kilomètres plus à l’Ouest.

Motivation première : dé-couvrir une nature trufée de glaciers, de lacs turquoise et de forêts. Pendant longtemps, seuls les Amérindiens dispo-sèrent sur place de campements temporaires. Le train ne relia le pays d’Est en Ouest qu’en 1885. Le premier parc national canadien fut créé dans la foulée à Banff. Résultat, un aménagement maîtrisé du parc hôtelier. La destination est idéale pour les familles, estime Rose-Marie Farrugia, présidente du Cercle des Vacances (Vacances Canada). Et pas seulement pour l’ambiance cow-boy de Calgary. L’Ouest canadien, c’est aussi un zoo ouvert, avec des étapes nature où l’hébergement est souvent gratuit pour les enfants.

La destination souffre pourtant d’un handicap majeur : la concurrence de l’Ouest américain, plus connu et moins cher. A prestations équivalentes, un autotour démarre à 1 500 E dans l’Ouest canadien depuis Paris, et à 1 200 E dans l’Ouest américain, souligne Stéphane Michel, directeur des produits chez Jetset. Et comme le dollar canadien s’est bien tenu par rapport au billet vert, l’écart s’est encore creusé.

Mais il en faut plus pour décourager les professionnels du voyage et le Canada. De 2000 à 2003, la Commission canadienne du tourisme a emmené 135 agences découvrir l’Alberta et la Colombie-Britannique. Et l’Ouest était à l’honneur de son séminaire annuel en 2003. Objectif : présenter les attraits de l’autre Canada, à travers notamment un argumentaire de vente et l’offre des tour-opérateurs.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%%%HORSTEXTE:5%%