Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les baby boomers, une génération de voyageurs prêts à partir tous azimuts

Le constat : Les premiers retraités du baby boom de l’après-guerre Seconde Guerre mondiale sont arrivés sur le marché.Les enjeux : Les schémas des offres traditionnelles sont bousculés par les nouveaux comportements de ces jeunes seniors.Les perspectives : Certains producteurs ont compris comment adapter leurs produits, sans le montrer, et à se spécialiser, sans le faire savoir.

L’excursion en autocar du troisième âge a pris un coup de vieux ! Des vagues de jeunes seniors arrivent sur le marché, en meilleure santé, ayant une expérience des voyages internationaux, hyperactifs, branchés sur le Web et disposant de revenus plus confortables. Un nouveau marché est né. « C’est la conjonction du baby boom et de l’allongement de l’espérance de vie. En Europe, dans plusieurs pays, les plus de 60 ans vont dépasser le tiers de la population », souligne Christian Mantei, directeur général d’Atout France. « Leurs budgets sont plus élevés que ceux des 30-45 ans, ils disposent de davantage de temps, et s’offrent plusieurs voyages dans l’année », observe Colette Vieira da Silva, PDG de Croisitour. « Le marché est en plein boom », confirme Catherine Bailly, directrice commerciale de NDS Voyages, chez qui la clientèle Croisières Notre Temps (10 000 passagers attendus en 2010) a rajeuni de cinq ans depuis 2006, avec une forte arrivée de pré et de jeunes retraités. « Ils ont une mentalité rajeunie, fréquentent les salles de sports et vont se baigner à la plage, » constate Yannis Vassilakopoulos, PDG de Louis Cruises France.

ILS SONT PLUS AVISÉS ET MIEUX PRÉPARÉS

Les nombreuses études publiées sur le sujet pointent que la consommation des plus de 60 ans, déterminée par l’expérience et non plus par l’âge, change vite. Ils sont plus avisés, d’autant qu’ils ont le temps de s’informer et de se préparer : « ce sont des acheteurs professionnalisés, » résume Christian Mantei. Certes les plus âgés aiment toujours se sentir rassurés, encadrés, et veulent voyager sans surprise, mais les baby boomers sont plus exigeants, critiques, curieux, autonomes. Ils comparent les prix en ligne pour voyager plus souvent et plus loin. Signe de leur osmose grandissante avec le monde des jeunes, les délais de ventes moyens, qui étaient de huit mois avant le départ en 2007 sont descendus à deux mois chez Poivre et Sel Voyages, un réseau de producteurs spécialisés. Les nouveaux seniors « ne veulent plus être traités comme du troisième âge à qui on ne présenterait que des voyages assistés en autocars », indique Colette Vieira da Silva, qui constate : « Ils sont moins enclins à subir les contraintes des groupes avec horaires rigides, promiscuité et comportements grégaires. Ils sont prêts à partir sur tous les continents et n’hésitent pas à faire 12 heures de vol car ils ont pris toute la mesure du temps. Ils ont soif de vivre et de connaître ce qu’ils n’ont pas pu voir avant. » Pour Yannis Vassilakopoulos, « même s’ils consomment davantage de culture et d’excursions, nous ne les considérons plus comme des hôtes à part sur nos bateaux ». Car parmi eux, on retrouve toutes les catégories de touristes : aventuriers, précautionneux, rigoristes, internationaux, franco-français… Pour Christian Mantei, « le marketing doit donc devenir beaucoup plus subtil pour ne pas les enfermer dans des ghettos. » Pourtant, ils manifestent des penchants certains. Ils aiment encore le balnéaire, la campagne, la thalasso, les Spas, le culturel et sont plus attentifs à l’environnement…

ILS ONT DÉJÀ FAIT LES CLASSIQUES

En croisière, ils préfèrent des bateaux de taille moyenne aux géants, un encadrement francophone et des itinéraires exceptionnels, car ils sont nombreux à avoir déjà fait les classiques. Rivages du Monde, qui a récemment racheté Athenaeum, résume ainsi leurs attentes : « Intimité, proximité, taille humaine et qualité de service. » Les destinations phares, chez Vivrêva, sont le Maroc, la Corse, la Tunisie, l’Égypte. Mais la Thaïlande, et même la Chine et l’Australie ne leur font plus peur. Chez Poivre et Sel Voyages, les séjours d’un mois en hiver au Maroc – un style d’offre qui se multiplie chez les généralistes comme les spécialistes – marchent bien, tout comme les circuits en Ouzbékistan. Chez NDS Voyages, ils aiment le tour du monde mais aussi les croisières thématiques culturelles, les découvertes et les plateaux de conférenciers. Certes il faut éviter le mot « senior ». Pourtant le plus petit détail de confort et sécurité compte : logements de plain-pied, portes larges, parkings éclairés, service bagages assuré, espaces verts, transferts, accompagnement sécurisant, service d’assistance 24 heures sur 24, « L’offre a été rajeunie, mais pas assez », estime Christian Mantei. « Les producteurs connotés seniors essaient de rajeunir leur offre, en la présentant de manière plus dynamique pour toucher la vague des plus jeunes seniors », résume Delphine Ancel, du cabinet Xerfi Research. « Le site Seniors voyages que nous avions créé n’avait pas décollé parce que le terme senior paraissait péjoratif. Nous l’avons relancé sous le nom de Platinum », explique Colette Vieira da Silva, qui espère doubler rapidement cette clientèle en offrant 50 % sur les hébergements aux épouses de plus de 55 ans. Un des plus anciens spécialistes est Primavacances, une agence du groupe d’assurances AG2R La Mondiale : avec trente tour-opérateurs référencés, il a fait partir 17 500 vacanciers en 2009, dont 90 % de seniors. Deux autres spécialistes sont nordistes, parce que pendant vingt-cinq ans la Caisse régionale d’assurance-maladie (Cram) du Nord organisait des voyages pour les personnes âgées (25 000 par an dans les années 1980). Quand elle a cessé cette activité, en 2005, ses fournisseurs ont pris la relève. Le plus important, Tibo Tours, a créé sa filiale, Vivrêva (10 000 pax seniors en 2009), et recruté six fournisseurs partenaires (Génération Voyages, Mariot Voyages, Autocars Douaisiens, Vision du Globe, AEC Villages et Artes). Depuis, Fram et Plein Vent les ont rejoints. Fabrice Vanheule le dirigeant de Vivrêva, a l’intention de développer progressivement ce modèle dans toutes les régions françaises. La concurrence n’a pas tardé à voir le jour. Ainsi, en 2006, est née l’association Poivre et Sel, qui réunit Cap5 Voyages, Eleis Voyages, Nord Évasion et des acteurs d’autres régions (Différences et Vacances Bleues). Trois ans plus tard, elle a fait voyager 5 000 passagers et revendique un tour de table plus « démocratique », produit du GIR à dates fixes et la brochure sur son site renvoie sur chaque agence à l’origine du produit.

À CHACUN SON SENIOR

Les grands TO généralistes ont eux aussi les seniors en tête : « Oui, ils représentent un segment de marché très important pour Thomas Cook et ses marques », précise-t-on à la direction du groupe, qui ne propose toutefois pas de produits spécifiques, même si les longs séjours allant jusqu’à neuf semaines sont surtout achetés par des seniors ou si les animations des clubs en basse saison sont adaptées à cette tranche d’âge. Chez Aquatour, autrefois fournisseur de la Cram du Nord, le public a rajeuni : 35 % des clients ont plus de 50 ans. En revanche, sur les circuits Jet tours, plus de la moitié des participants ont plus de 60 ans et plus de 75 % ont dépassé les 50 ans. Les voyages ne forment pas que la jeunesse.

La consommation des plus de 60 ans, déterminée par l’expérience et plus seulement par l’âge, change vite

Ils aiment encore le balnéaire, la campagne, la thalasso, les Spas, le culturel et sont plus attentifs à l’environnement…

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire