Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les 11 projets qui vont développer l’hydrogène dans les aéroports de Paris

L’appel à manifestation d’intérêt « H2 Hub Airport » a sélectionné 11 projets pour développer une filière hydrogène aéroportuaire en Ile-de-France.

« Le transport aérien a maintenant enfin compris qu’il était inexact de croire que la dernière goutte de pétrole serait pour lui. Il se prend maintenant par la peau du cou pour décarboner l’industrie aérienne et c’est tant mieux », a affirmé en ouverture de la conférence, Augustin de Romanet, le PDG du groupe ADP. Avec la région Ile-de-France, Choose Paris Region, Air France-KLM et Airbus, son groupe est à l’origine du « H2 Hub Airport ». Un appel à manifestation d’intérêt, qui a pour objectif de « premières expérimentations sur site dès 2023 » afin de se préparer au développement d’ici 2035 d’un avion propulsé par l’hydrogène.

Un franc succès puisque depuis le 11 février, l’appel a reçu 124 candidatures venues du monde entier. Onze projets (voir la liste complète ci-dessous) visant à développer une filière hydrogène aéroportuaire en Ile-de-France, allant de son stockage à l’avitaillement de futurs avions « zéro émission », ont finalement été retenus.

L’Hydrogène dans tous ses états

Les projets retenus s’articulent autour de trois thématiques : le stockage, le transport et la distribution en milieu aéroportuaire jusque dans les réservoirs des avions, la diversification des usages de l’hydrogène (véhicules et engins de piste, alimentation de bâtiments ou d’avions au sol), et l’économie circulaire autour de l’hydrogène, avec par exemple la récupération de l’hydrogène dissipé lors d’un avitaillement en hydrogène liquide.

Interrogé, à nouveau, sur une possible augmentation du prix des billets d’avion, les différents intervenants ont tenu à contrer cet argument souvent revenu. « Il faut savoir que ce sont des investissements que l’on fait une fois. La question est maintenant d’y croire », a insisté Jean-Brice Dumont, vice-président exécutif ingénierie Airbus. « L’important c’est qu’il ne soit pas cantonné à l’aérien mais déployé à l’ensemble de la société » a insisté Augustin de Romanet. Ce qui entraînera de facto une baisse du coût de production.

« Il faut rappeler que le coût de la pollution de l’air est largement plus important que celui de l’hydrogène », a conclu Franck Margain, président de Choose Paris Région. En effet en moyenne, la pollution de l’air coûte près de 1 000 euros par Français chaque année, selon une étude de l’Alliance européenne de santé publique. L’Etat français a annoncé en juin dernier qu’il allait consacrer 1,5 milliard d’euros d’ici à 2022 pour « parvenir à un avion neutre en carbone en 2035 ».

Les 11 lauréats

Pour la production, le stockage, le transport et la distribution de l’hydrogène :

− Air Liquide Advanced Technologies (France) : cette filiale d’Air Liquide développe un camion avitailleur haute performance en hydrogène liquide ;

− Ecodrome (France) : ce consortium propose des solutions d’alimentation multi-services (hydrogène et électricité) pouvant servir les usages des aérodromes d’aviation générale ;

− Geostock (France) : ce groupe d’ingénierie spécialiste du stockage souterrain d’énergie travaille sur des solutions de stockage d’hydrogène en très grande quantité dans des cavités minées revêtues ;

− Hylandair (France) : ce consortium de 4 industriels propose le développement d’un écosystème d’hydrogène pour des usages côté ville (en mobilité – camions, bus, bennes, alimentation d’énergie des bâtiments) et côté piste (navettes de passagers, engins de piste pour l’assistance en escale) ;

− Sakowin (France) : cette société développe une technologie innovante de production d’hydrogène à partir du méthane, par un procédé de plasma basse énergie ;

− Universal Hydrogen (États-Unis) : cette start-up californienne ambitionne de convertir des avions régionaux à l’hydrogène grâce à des capsules modulaires d’hydrogène liquide embarquées à bord de l’aéronef.

Pour la diversification des usages dans les domaines aéroportuaire et aéronautique :

− Hydrogen for Airport Handling (France, Allemagne) : ce consortium regroupe 6 partenaires opérant dans le domaine de l’assistance en escale conçoit des engins de piste (tracteur avion, loader, tracteur bagages, générateur) fonctionnant à l’hydrogène ;

− Use-In H2 (France) : ce consortium, regroupant 3 partenaires publics, accompagne les projets de déploiement d’hydrogène en proposant une analyse des risques et des recommandations en matière de sécurité et de sûreté ;

− Plug Power (États-Unis) : cette entreprise spécialisée dans les systèmes de piles à combustibles développe et commercialise des engins de pistes pour l’assistance en escale.

Pour l’économie circulaire autour de l’hydrogène :

− Absolut System (France) : ce spécialiste de la cryogénie appliquée au spatial et à l’aéronautique développe des solutions pour optimiser la quantité d’hydrogène produite et stockée via notamment des systèmes de récupération de l’hydrogène dissipé et de réfrigération mobile ;

− Ways2H (États-Unis) : cette start-up propose une solution brevetée de production locale d’hydrogène à partir de retraitement des déchets, y compris organiques et plastiques.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique