Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : tourisme et Europe, quel pataquès

Pourquoi faire simple alors qu’on peut faire compliqué ? Bruxelles, la Commission européenne, dans un grand élan de tendresse envers le tourisme, entend « faciliter » la circulation des touristes à travers l’Union. Bonne idée, mais faut suivre…

Voilà une nouvelle qui va faire plaisir au secrétaire d’Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, lequel a récemment déclaré sur BFMTV l’autre jour, « Je suis chargé du tourisme tricolore », faisant apparemment fi de nos voyagistes et agents de voyages. Sans parler de nos concitoyens qui veulent, après avoir vécu durant plus d’un an en confinage avec leurs familles, tenter un séjour vers d’autres contrées. Mais bon, pour le tourisme « bleu-blanc-rouge, saison 2″, ça risque d’être gagné.

Du côté de Bruxelles, ça carbure sec. Ce n’est pas du « quoi qu’il en coûte », mais ça y ressemble drôlement. Objectif : accueillir au sein de l’Union européenne des voyageurs de « pays tiers », vaccinés par un vaccin anti-Covid agréé par l’Europe.

Bien. Dans sa grande sagesse, Bruxelles propose donc aux Etats membres, d’élargir (je cite la dépêche de l’AFP) « la liste des pays dont les résidents peuvent se rendre dans l’UE, histoire de supprimer cette notion de « voyage essentiel ».

Dominique Gobert, éditorialiste

Or donc, la Commission, pour une fois dans un souci d’harmonisation, propose (je cite toujours) « de permettre l’entrée dans l’UE pour des motifs non essentiels, non seulement aux personnes venant de pays dont la situation épidémiologique est bonne, mais aussi aux personnes qui ont reçu la dernière dose recommandée d’un vaccin autorisé dans l’UE ».

Ce qui concerne le Pfizer, le Moderna, l’Astra Zeneca et le Johnson&Johnson.

Vous suivez toujours ?

Cependant, parce qu’autrement ce serait trop simple, ces heureux voyageurs devraient pourtant avoir été vaccinés « au moins 14 jours avant leur arrivée, sans pour autant être exemptés des obligations de tests PCR ou de quarantaine », selon la volonté du pays accueillant.

Et cette bonne Ursula von der Leyen, la présidente chef de l’Europe, qui voulait recevoir les touristes américains… Ben, pour ces derniers, ceux qui se réjouissaient beaucoup de pouvoir venir enfin revoir le gai Paris (pourtant bien défraîchi avec Dame Hidalgo), c’est pas encore gagné… mais c’est pas fini. Suivez le guide.

L’Europe entend, mais ça date déjà depuis quelque temps, « mettre en place un certificat sanitaire », à l’horizon du mois de juin prochain. Et, tant qu’on y est, d’accepter de la part des pays « tiers » (joli euphémisme) un certificat similaire…

Pour faire bonne mesure et parce que le tourisme en cette saison est source de revenus, la Commission aimerait élargir la liste des pays autorisés à pénétrer en Europe. Pour le moment, seuls l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda (mais oui), la Corée du Sud, Singapour et la Thaïlande sont autorisés.

Mais pour faire bonne mesure, ces voyageurs devront aussi venir d’un pays dont le taux de notification des cas de Covid sur les 14 derniers jours sera au maximum de 100 (actuellement 25) par 100.000 habitants et ne pourront se rendre que dans un pays de l’UE « vert », c’est-à-dire où 25 cas par 100.000 habitants maximum ont été rapportés sur les 14 derniers jours et où le taux de positivité est inférieur à 4%. »

Bien compris ? Moi pas tout, mais la Commission est déjà passée à un autre sujet : l’utilisation des insectes (notamment la farine de vers) dans la cuisine ! Authentique…

1 commentaire
  1. Ophelie dit

    On s’arrache les cheveux 😅 Dame Ursula pourrait faire un effort pour etre claire.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique