Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : Emmanuel Macron, la longue marche du tourisme…

On le souhaitait, on l’a eu. Enfin presque, il reste encore du chemin à parcourir. Si j’ai bonne mémoire, c’est quand même la première fois qu’un président de la 5e s’empare de l’économie du tourisme avec une telle détermination. Comme quoi, le Covid…

Enfin le tourisme, une véritable économie pour notre pays, devient d’un intérêt majeur pour la France. Enfin cette industrie devient une « priorité nationale », même si les mots tiennent peut-être un peu plus du marketing électoral que d’une véritable envie. Laissons du temps au temps comme disaient beaucoup de politiques…

Toujours est-il que Président Macron, soucieux sans doute du redressement du pays, bien « boosté » (il faut lui rendre ce qui lui appartient) par le secrétaire d’Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, semble avoir compris l’intérêt de s’y pencher « un peu plus ».

La crise sanitaire, sans précédent, aura hélas causé un énorme traumatisme, non seulement humain, mais aussi économique. L’industrie, qui représente quand même entre 7 et 8% du PIB national, plus de 2 millions d’emplois (et autant d’électeurs potentiels) aura vécu l’enfer durant ces deux dernières années.

Dominique Gobert, éditorialiste

Il fallait réagir. L’Etat l’a fait, nous sommes un des grands pays à avoir accompagné nos professionnels quoi qu’il en coûte, et c’est formidable. Quand c’est bien, il faut le dire.

Maintenant, comme le dit Président, il faut aller plus loin. Et cette rencontre Destination France tenue jeudi était une bonne idée. Un succès aux dires de l’ensemble des participants.

Discours particulièrement marquant et intelligent d’Emmanuel Macron, brillant oserais-je dire, malgré quelques petites lacunes, mais personne n’est parfait.

Faire de la France un « hub » touristique international, c’est un objectif non seulement ambitieux mais parfaitement réalisable. Dans son long prêche, Macron a tout abordé : la richesse culturelle du pays, la qualité d’un accueil (qui pêche encore), l’écologie en innovant vers un tourisme durable, l’aspect social et humain des acteurs et salariés de ce secteur. Et j’en oublie très certainement.

D’ailleurs, les tables « rondes » réunissant les professionnels durant l’après-midi à l’Hôtel de la Marine, flambant neuf, ont permis d’aborder, sans « langue de bois » tous les sujets.

Tout ceci, ce sont les annonces. Tout est désormais sur la table et Jean-Baptiste Lemoyne nous en a bien rappelé les enjeux.

Reste maintenant la seule question à résoudre afin de réaliser ce joli pari : de quels outils va-t-on disposer pour réussir cette « Destination France » à l’horizon 2030 ?

Atout France ? Peut-être. A condition de remanier entièrement cette institution et de lui donner les moyens financiers. Avec une direction qui songe à une véritable stratégie du tourisme pour les prochaines années. 

Quant à l’attractivité, elle est indéniable. Faudra enfin fournir un gros effort pour notre capitale, sale et mal desservie. Mais ça, c’est un autre problème.

Et, pour rester positif, parce que c’est notre projet, comme l’exprime Frère Lemoyne, « Le tourisme, au fond, c’est une industrie des jours heureux. ».

Il est temps !

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique