Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : Pass ou pas pass en montagne ? Telle est la question

Pour le moment, la saison d’hiver pour les voyagistes ne s’annonce pas franchement éblouissante. Certes, l’Amérique entrouvre ses portes… En sera-t-il de même, en France, pour les stations de ski ?

Rien n’est hélas encore gagné pour nos voyagistes. Sortis de plusieurs pays européens, la saison d’hiver ne s’annonce pas terrible, tant les destinations restent plus ou moins fermées. Pour le long courrier, hormis chez les Yankees qui mettent, tout doucement, un assouplissement de leurs formalités d’accueil, c’est encore assez flou. L’Asie reste quasi close, l’Australie pense que… bientôt on pourra rouvrir et basta. Seule valeur sûre, si je puis me permettre, la Rep Dom !

La France, pour l’hiver, me direz-vous ? Certes, mais sorti des stations alpines (ou pyrénéennes, ou vosgiennes, pour ne vexer personne) c’est pas la panacée.

Dominique Gobert, éditorialiste

D’autant et j’aime assez cette vision pragmatique, pour un tour-opérateur et un distributeur : la France est  « compliquée » à vendre. C’est Bitbol (Marietton Développement) qui le dit et il n’a pas tort. Les vacanciers français passant souvent en direct, pour découvrir une région métropolitaine qu’ils rejoignent en voiture. 

Les arguments de cet homme de bien sont imparables : La France est chère. Et, pour arriver à la vendre correctement, il faut que le pays « soit commercialisé en package, « en 8 jours hébergement et transports inclus, comme les autres pays d’Europe ».

Ben oui. Mais c’est pas franchement le cas…

Bien sûr, pour la destination France, on compte beaucoup sur les stations de montagne. On se souvient de l’année dernière et de cette aberration (voulue par « on ne sait trop qui, peut-être le ministre de la santé Véran ?), laquelle consistait à ouvrir les stations… en fermant les remontées mécaniques.

Ça, c’était une sacrée bonne idée.

Pour cette saison, c’est pas encore gagné non plus. Jean-Baptiste Lemoyne, pourtant un secrétaire d’Etat compétent et soucieux des affaires qu’il doit gérer, reste très prudent. Pour ne pas dire inquiétant. Chez nos confrères de Sud Radio, il a expliqué que l’obligation du pass sanitaire pour accéder aux installations était « une réflexion en cours ». Mais qu’une réponse serait apportée incessamment sous peu.

 Roooh ! Je suis partisan fervent de la vaccination. Je suis d’accord pour le pass sanitaire dans les lieux publics et fermés. Sortir son certificat, sur son téléphone ou sur un morceau de papier, en plein air à la montagne, pour accéder à des balancelles, c’est – j’ose le dire – une belle connerie.

Surtout lorsque l’on porte des moufles, ce qui me rappelle une histoire drôle que je ne raconterai pas ici…

La réflexion semble être la même chez nos voisins. Apparemment, la Suisse, soucieuse de garder ses skieurs, supprimerait le pass…

Et si, pour une fois, on s’entendait par une décision commune entre voisins des Alpes ?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique