Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : Corsair, tel le Phénix renaissant ?

Que de chemin parcouru pour cette compagnie, corse à sa création, passée entre des mains germaines et aujourd’hui redevenue 100% française. Corsair, tel le Phénix, renaît de ses quasi-cendres… et c’est bien !

L’affaire est enfin bouclée. Corsair outragée, Corsair brisée, Corsair martyrisée mais Corsair libérée… de ses soucis financiers. Au total, 300 millions d’euros sont apportés par l’Etat, un consortium d’investisseurs régionaux et un nouveau conseil d’administration. Parmi les nouveaux administrateurs figure Dominique Perben, ancien ministre sous les gouvernements de Balladur, Juppé, Raffarin et, fugitivement Villepin… Personne n’est parfait.

Et toujours Pascal de Izaguirre à sa tête. Le même président, comme le chantait Michel Delpech… dans son « inventaire 66 », ce qui ne me rajeunit pas, mais qui prouve en même temps que tout bouge mais rien ne change.

Or donc, nouvelle vie pour Corsair et de grands espoirs, comme l’indique le communiqué de la compagnie. Mais… je cite : « Ceci va permettre à la compagnie de se restructurer et se développer en mettant en œuvre un projet stratégique ambitieux, en ligne avec son positionnement d’acteur majeur des dessertes des Outre-mer ». Et surtout, « une nouvelle compétitivité » !

Dominique Gobert, éditorialiste

Doute. Très souvent, lorsque l’on parle « compétitivité » (il est écrit en tout petit, comme dans les contrats d’assurance), il est souvent question de réduction de la masse salariale, sans parler de restructuration des salaires et nouveaux contrats de travail. Corsair compte 1100 salariés. Le Basque Bondissant va-t-il garder tout ce monde, aux même conditions qu’auparavant ?

Je pose la question.

Devenir un acteur majeur des dessertes de l’outre-mer ? Voilà qui va sûrement faire plaisir à Jean-Paul Dubreuil, président du roupe Dubreuil et proprio d’Air Caraïbes/French Bee – cette dernière n’ayant rien à voir avec notre nouveau confrère que je salue au passage, Bee Travel News.

Air Caraïbes a fait de la desserte des Caraïbes et des territoires ultra-marins, avec un succès certain, le cœur de son activité. Sur une route déjà fort encombrée… Air France, elle, a toujours défendu avec âpreté (et parfois pas toujours avec fair-play) ce qu’elle a toujours considéré comme son « pré carré ». Et Air Austral ne va sûrement pas déclarer forfait sans combat.

Quid des velléités Corsair et Air Caraïbes/French Bee (avant-guerre du Covid) d’ouvrir au départ de Paris des lignes vers New York ?

Va-t-on vers une nouvelle guerre tarifaire, ce qui n’a jamais réussi à qui que ce soit ? XL Airways en est un exemple flagrant. En revanche, le consommateur y trouve son compte…

Marc Rochet a plus d’un tour dans son sac, lui qui avait presque réussi à « racheter » Corsair il y a quelques années. Pascal de Izaguirre est lui aussi malin. Rappelons au passage qu’il existe entre des actionnaires de la compagnie Corsair et Dubreuil un certain contentieux… pas du tout oublié.

La reprise risque d’être chaude.

1 commentaire
  1. Matthew Mc Beverly dit

    Les compagnies aériennes internationales avec des millions de dollar de cash flow vivent au jour le jour. 300 millions d’euros n’est qu’une goutte d’eau pour sauver Corsair ( c’est une decision à la Française). Dan’s 2 ans Corsair va se retrouver avec des difficutés encore plus importantes.Dans ce type de reprise il faut des vrais investisseurs et pas de l’argent publique.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique