Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Eurostar : des pannes et des questions

Des trains sont restés bloqués sous le tunnel deux fois en moins d’un mois. Simple problème de météo ou manque de fiabilité du matériel et de qualité de service ?

Quand Eurostar verra-t-il le bout du tunnel ? Quelques semaines après une panne qui avait paralysé les liaisons du train franco-anglo-belge pendant plusieurs jours à la veille de Noël, le trafic était à nouveau réduit de moitié la semaine dernière après qu’un train Bruxelles-Londres avec 260 passagers à bord est resté bloqué sous la Manche pendant deux heures. Cette nouvelle avarie met à mal l’argument commercial de la régularité (96 % en 2008) et de la fiabilité, largement valorisé par le gestionnaire pour se différencier de l’avion, surtout depuis que le temps de parcours – désormais figé à 2 h 15 – ne peut plus constituer un argument commercial majeur. Mais la confiance des voyageurs dans ce train à grande vitesse, dont la part de marché frôle les 80 %, pourrait être plus durablement ébranlée si les résultats de l’enquête indépendante chargée de déterminer les causes des incidents, menée par le Britannique Christopher Garrett, ex-d’Eurotunnel, et Claude Gressier, ingénieur des Ponts et Chaussées, montrent que les pannes ont été provoquées par la fragilité du matériel roulant, comme le déclare Eurotunnel, et non pas seulement par le mauvais temps, comme l’indique Eurostar. La question déchire les deux sociétés, avec d’autres. Eurostar et Eurotunnel se renvoient également la responsabilité de la longue évacuation des passagers et la mauvaise qualité de l’information qui leur a été fournie. Qui doit informer ? Qui doit prendre en charge les voyageurs et à quel moment ? Telles sont les questions auxquelles devra aussi répondre l’enquête en cours. Mais pour l’heure, une chose est sûre : selon la Commission intergouvernementale franco-britannique (CIG), chargée de superviser le trafic dans le tunnel, l’organisation actuelle couplant Eurostar et Eurotunnel « ne répond pas aux besoins d’information des passagers ». Gare à l’effet boule de neige de ces incidents.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique