Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisière

L’année 2003 s’est achevée par les défaillances de Festival et de Royal Olympia Cruises. En revanche, les petits opérateurs progressent sans complexe.

L’année 2003 avait démarré sous les meilleurs auspices pour le marché de la croisière. Pourtant, elle restera marquée par les défaillances en décembre de Royal Olympia Cruises et, surtout, de Festival, qui a définitivement sombré en mai 2004 ! Une lourde perte pour le secteur car la compagnie avait fait voyager 40 000 clients français l’an dernier. MSC mettra du temps à compenser cette défaillance. L’armateur, qui fait de la croisière un nouvel axe de développement, a accueilli 10 000 Français l’an dernier, et en espère 20 000 cette année, grâce à ses trois nouveaux paquebots, Lirica, Opera et Armonia. Du coup, le marché français de la croisière reste lent à décoller, oscillant depuis plusieurs années autour de 200 000 passagers.

Les petits en pleine forme

En attendant, 2003 apparaît comme l’année Costa. La compagnie italienne a encore renforcé sa position de leader avec 75 000 clients français (+19 % par rapport à 2002). Costa a profité pleinement de l’augmentation de capacité générée par l’arrivée des Mediterranea, Atlantica et Fortuna. Cette course en tête s’est accentuée en 2004 avec la disparition de Festival Croisières et le lancement de Costaclick. En attendant cet hiver le paquebot Magica. Au final, Costa devrait largement dépasser les 100 000 clients.

Chez les petits opérateurs, on note les belles progressions de Plein Cap, Star Clippers et surtout de la Compagnie des îles du Ponant (3 900 passagers, soit +95 % !), résultat d’une plus large commercialisation des Ponant et Levant sur le marché français. Après le choc de 2001, RCI-Celebrity re-trouve un bon rythme (+36,5 % de clients). À l’inverse, Transtours, qui programme moins de croi- sières sur le Princess Danaë, continue à perdre des parts de marché.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique