Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Covid : une reprise à plusieurs vitesses dans le tourisme

C’est ce qui ressort notamment de l’étude menée par le spécialiste des paiements digitaux Dalenys, qui a comparé le volume des transactions enregistrées dans l’hôtellerie, les agences de voyages et les compagnies aériennes.

Le panier moyen dans l’hôtellerie s’envole, celui des agences de voyage s’écroule, c’est, en résumé, le bilan dressé par Dalenys, fintech spécialiste des paiements digitaux, filiale de Natixis. Ce bilan n’a certes rien de surprenant au regard du contexte sanitaire actuel, qui pèse encore lourdement sur les voyages. Mais dans le détail, l’étude fait ressortir des situations bien différentes selon les secteurs. 

Ainsi, dans l’hôtellerie, le montant total des transactions a même dépassé les niveaux atteints à l’été 2020, mais aussi 2019 et 2018, avec +43 points par rapport à 2020, +23 points par rapport à 2019 et +34 points par rapport à 2018 (cumul des transactions effectuées en juillet et août). Dalenys explique cet « effet de rattrapage » notamment par un panier moyen plus élevé que les années précédentes : +35 euros par rapport à 2019, passant de 122 euros à 157 euros. Le nombre de transactions est aussi plus élevé, en hausse de +5,7%. 

Dans les agences de voyages, encore très pénalisées par le contexte sanitaire et les restrictions de voyage sur de nombreuses destinations, la situation est tout autre, souligne Dalenys. Le panier moyen est plus faible qu’avant la crise : en recul de -92 euros entre 2021 et 2019. Il s’élevait ainsi à 458 euros en 2019, il n’est plus qu’à 366 euros en 2021. Et le nombre de transactions est également en baisse de 32,1% sur les 8 premiers mois de l’année.

Les plus jeunes ont boosté la reprise

Concernant les compagnies aériennes, enfin, la situation reste là aussi « délicate », pour reprendre les termes de Dalenys. Le panier moyen recule (215 euros versus 227 euros en 2019) et le nombre de transactions reste faible par rapport aux années pré-Covid. En cumulé sur les huit premiers mois de l’année, le nombre de transactions baisse de 40% par rapport à 2019.

Autre fait marquant : ce sont les plus jeunes qui boostent la reprise du secteur. Les compagnies aériennes voient ainsi leurs ventes tirées par les plus jeunes : par rapport à 2020, les moins de 24 ans ont augmenté leurs dépenses de +32%. Tandis que les 55-64 ans ont diminué leurs dépenses de 14%, et les plus de 65 ans de -21%. 

Même tendance dans l’hôtellerie : les moins de 24 ans ont augmenté leurs dépenses de 67% par rapport à 2020, tandis que les plus de 65 ans ne les ont augmentées que de 1%.

« Le trait est encore plus marqué pour les agences de voyages, chez qui les moins de 35 ans sont les seuls à avoir plus dépensé qu’en 2020 », rapporte Dalenys, qui englobe les agences physiques et online dans son étude. 

A noter que pour chacune des catégories étudiées, il s’agit à la fois des transactions en ligne et en magasin, et concerne donc aussi bien les pure players que les « brick & mortars » et acteurs omnicanaux, précise Dalenys, dont l’étude porte sur l’analyse de l’ensemble des transactions monétiques effectuées par les porteurs de cartes Banques Populaires et Caisses d’Epargne, soit 20% du marché en France.

Une digitalisation qui s’accélère

L’analyse des transactions fait aussi apparaître une nette digitalisation du secteur. Les compagnies aériennes étaient déjà fortement digitalisées avant le covid (92% des transactions en e-commerce en 2019), et cette tendance s’est encore accentuée avec 94% de transactions en ligne en 2021.

Pour les autres acteurs, avec un fort ancrage physique avant la crise, le bond du e-commerce est sans précédent, observe Dalenys. Dans l’hôtellerie, 56% des transactions sont réalisées en e-commerce en 2021, versus 42% en 2019. Pour ce qui concerne les agences de voyages, 87% des transactions sont réalisées en e-commerce en 2021, contre 77% en 2019.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique