Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : 95% des entreprises du tourisme ont recours au chômage partiel

Quelles sont les principales mesures prises par les entreprises du tourisme pour affronter la crise du Covid-19 ? Le cabinet Roland Berger a sondé les professionnels du secteur.

La crise a frappé très fort, et il a fallu réagir vite. C’est ce qui ressort notamment de l’enquête* menée par le cabinet Roland Berger auprès des entreprises du tourisme, enquête qui analyse également l’impact sur l’activité du secteur. La grande majorité de la profession s’est organisée rapidement, constate l’étude, avec la mise en place d’une cellule de crise dédiée (97%), la mise à jour du budget et du besoin en trésorerie (92%), la revue de la balance âgée pour reprioriser les échéances et négocier des escomptes (50%), et l’adoption de mesures de protection pour le personnel actif.

Les professionnels se sont ainsi appuyés massivement sur les mesures d’aide de l’Etat. Ainsi, 95% des acteurs interrogés indiquent avoir recours au chômage partiel, et ce, pour plus de 80% de leurs employés en moyenne. Les entreprises interrogées ont aussi massivement repoussé leurs dettes fiscales et sociales (87%). L’essentiel des sociétés s’appuie par ailleurs sur l’ordonnance n°2020-315 du 25 mars 2020 et favorise les avoirs (89%) et le rebooking a une autre date (72%), au détriment du remboursement (29%), détaille l’étude.

Quêtes de financement et reports d’échéances bancaires

Une majorité d’entreprises a également fait évoluer sa structure de coûts, dans un secteur où la trésorerie joue un rôle particulièrement important, souligne l’étude. Les hébergeurs ont ainsi en majorité procédé au report de leur loyer (59% d’entre eux) et 20% de la profession est allée jusqu’à suspendre les principaux prélèvements mensuels (eau, électricité…), selon les résultats de cette enquête.

Si l’immense majorité des sociétés à dû reprioriser ses actions de développement de type acquisition ou plan de Capex majeur (83%), les entreprises sont partagées entre confirmation des projets de développement (60%) et abandon pour la saison en cours, note le cabinet Roland Berger qui indique en outre que face à la violence de la crise, plus de 2/3 d’entre elles ont dû aller chercher des financements ou reporter des échéances bancaires.

Enfin, si les préparatifs de la saison étaient déjà bien engagés (44% des professionnels interrogés ont intégralement ou en grande partie préparé la saison), les professionnels disposent d’une forme de flexibilité notamment par rapport aux recrutements de saisonniers (31% ont une flexibilité totale, 53% une flexibilité moyenne), souligne l’étude. A l’inverse, certains professionnels s’inquiètent de la pénurie de saisonniers et de la concurrence que pourraient leur faire d’autres secteurs.

L’étude montre aussi que cette situation sans précédent incite certaines entreprises à se montrer créatives : les plus agiles d’entre elles (24%) sont allées chercher des partenaires inédits pour faire évoluer leur business model pendant la crise ou animer leur communauté client.


*Cette étude a été réalisée sur la base d’un questionnaire en ligne publié entre le 31 mars et le 3 avril 2020 auprès de professionnels du secteur du tourisme et des loisirs : hôtellerie de plein-air, hôtellerie traditionnelle, résidences de tourismes, villages vacances et clubs, tour- opérateurs, agences de voyages traditionnelles et en ligne, plateformes de réservation, opérateurs de parc d’attraction et de loisirs, opérateurs de Tours & Activities, prestataires de l’Hôtellerie restauration (dont logiciels), investisseurs spécialisés dans le secteur. Au total, 1 054 sociétés ont répondu à l’enquête. Les résultats se fondent sur l’analyse de 86 de ces répondants. La grande majorité des leaders des différents segments sont représentés dans cet échantillon.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique