Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Alexandrie d’hier

Le passé retrouvé

La baie du port de l’Est d’Alexandrie forme un demi-cercle parfait ; entre la mer et une rangée d’immeubles cossus qui ont connu une vie meilleure, la corniche déroule son ruban d’asphalte jusqu’au fort de Quaïtbay, fière vigie, face à la Méditerranée. On l’approche à pied, accompagné par un concert ininterrompu de klaxons. Le vent est frais, la lumière pure ; on croise des pêcheurs, des enfants rieurs… Une image surgit de la mémoire, une image vue à la télévision, un peu surréaliste, d’un colosse de pierre ficelé sur la plateforme d’une camionnette qui file le long de cette même corniche, alors, comme aujourd’hui, ensoleillée et encombrée de taxis jaunes. C’était en 1995 et les archéologues tout excités annonçaient avoir enfin localisé l’emplacement du fameux Pharos de l’Alexandrie antique, au large du fort de Qaïtbay. Depuis, d’autres fabuleuses découvertes, sous-marines ou terrestres, ont permis de mieux cerner le passé de la ville, sans doute l’une des plus mythiques du monde. Il suffit de prononcer son nom pour qu’une ribambelle de références surgisse, historiques, littéraires, ou même franchement disco (Cloclo !). Alexandrie est inscrite dans notre inconscient collectif. Mais l’éternelle rivale du Caire, autrefois cosmopolite, a vécu un peu à l’écart du monde ces dernières années, et les voyageurs l’avaient négligée. C’était avant les projets pharaoniques qui l’ont remise sous les feux de la rampe. Alexandrie, qui a replanté des palmiers sur sa corniche et rénové ses hôtels de légende, est prête pour un nouvel âge d’or.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique