Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

5-L’estuaire

L’heure du mascaret

Du temps où Bordeaux devenait plus grand port de France, Louis XIV exigea l’édification d’une forteresse à la jonction de la Garonne et de la Dordogne, après Bourg-sur-Gironde. Fini les canonnades jalouses des marines rivales : autour du vieux château fort de Blaye, l’inévitable Vauban maçonna des cachots humides, une poudrière et des bastions en étoile aux vues imprenables jusqu’alors réservées aux trajectoires des boulets. Le verrouillage fut complété par le fort Médoc, en face, et le petit Boyard du fort Pâté. Passées les vignobles gominés des côtes de Blaye, et jusqu’au phare du Cordouan, à l’embouchure, l’estuaire restait à l’état brut.

Aujourd’hui, ce coup de canif dans la carte de France s’offre aux touristes. L’île Margaux ouvre ses 14 hectares de vignoble, celle de Patiras devient halte culinaire, celle d’Arcins, musée agronomique… De là cette envie de naviguer à bord d’une gabarre, à explorer les îles rares, à guetter le bruit de crécelle du carrelet qu’on remonte, chargé de pibales, les alevins d’anguille, et de quelque lamproie poussée par la vague sombre du mascaret…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique