Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Marathon man : Nicolas à Porto

| | | | | | |
Nicolas Brumelot à Porto, en attendant Florence le 27 novembre 2016.
Nicolas Brumelot à Porto, en attendant Florence le 27 novembre 2016.

Chapeau bas ! Nicolas Brumelot, le patron de MisterFly, vient de boucler son 10e marathon, en faveur d’Imagine For Margo. Découvrez cette nouvelle étape, à travers son billet.

 

Avec l’automne, les dernières étapes de mon défi 2016, #12mois12marathons en faveur d’Imagine For Margo, me mènent vers le climat plus clément et tempéré de l’Europe su sud. La dixième étape se déroule à Porto, la ville qui a donné son nom au Portugal et connue du monde entier pour son vin.

Le départ est donné dimanche matin le long de l’océan à proximité du Castelo do Queijo, petite forteresse sur la plage où se jettent déjà à l’eau de nombreux surfeurs. L’aire de départ et la première partie du parcours sont assez denses, puisque les coureurs du marathon sont regroupés avec ceux du 15km. La température est agréable et le ciel d’un bleu azur en parfaite harmonie avec mon maillot aux couleurs d’Imagine For Margo.

On s’élance par un tour du Parque da Cidade, le principal parc de la ville avant d’entamer un parcours quasiment exclusivement sur l’eau. On longe tout d’abord l’océan dans sa partie plus industrielle qui nous mène à Leixoes, grand port sardinier du Portugal face à l’Atlantique.

Une fois cette première boucle de 10km accomplie, le flot des coureurs du 15km et celui du marathon se séparent au passage, au pied du Parque da Cidade, que nous retrouverons pour l’arrivée après un long parcours le long de l’océan et du fleuve Douro.

Avec les kilomètres, les quartiers plus résidentiels le long de l’océan, laissent progressivement la place au vieux Porto qui est marqué par le passage devant le Castelo do Foz, forteresse qui protégeait l’embouchure du fleuve Douro.

Le passage dans Ribeira, le vieux Porto le long du fleuve permet de découvrir le Porto traditionnel, ses maisons typiques dont les façades sont recouvertes de céramiques, les vieux entrepôts, les rues et quais pavés. On découvre une vue imprenable sur les deux fameux ponts qui enjambe le Douro. On passe d’abord sous le pont Arrabida et son impressionnante hauteur de passage vue des quais, située à 70m au-dessus de nos têtes. On rejoint ensuite le pont Dom Luis, à deux étages construit par un disciple de Gustave Eiffel que l’on emprunte pour rejoindre et parcourir l’autre rive, avant de faire le chemin inverse pour le retour.

Les rues et quais sont assez étroits. Et si les dénivelés ne sont pas aussi redoutables que le relief de la ville pouvait laisser craindre, l’omniprésence des zones pavées tout le long du fleuve fait son œuvre pour faire souffrir les pieds et martyriser les muscles des jambes. Cela se ressent sur le flot regroupé des coureurs à l’aller qui s’est transformé en une longue file indienne.

Tout au long de la dernière montée pour rejoindre le parc da Cidade et la ligne d’arrivée, le public est enfin présent pour soutenir et encourager bruyamment les coureurs, ce qui permet de boucler l’épreuve avec le sourire et d’oublier un instant la souffrance et la solitude de l’épreuve.

J’ai finalement bouclé cette dixième étape en 3h41, ce qui porte ma moyenne cumulée à 3h37.

Maintenant cap vers l’Italie pour les (déjà !) deux derniers marathons du défi. Rendez-vous, le 27 novembre à Florence.   

J’ai besoin de votre soutien pour boucler les deux dernières étapes et aussi le défi #12mois12marathons. Je compte donc sur la mobilisation de notre profession en faveur d’Imagine For Margo et les enfants atteints de cancer comptent tout particulièrement sur vos soutiens, car nous sommes source d’espoir. Vous pouvez faire un don et contribuer à faire avancer la recherche via le lien de ma collecte :

http://www.alvarum.com/nicolasbrumelot3

#imagineformargo #gofightwin #enfantsanscancer  

Qui est Imagine for Margo ?

L’association est née sous l’impulsion de Patricia Blanc, la maman de Margo qui avait commencé à collecter des fonds avant de rejoindre l’autre rive du monde. Imagine for Margo a collecté 2,3 millions d’euros en 4 ans, soit depuis sa création. Pourquoi ? Pour la recherche contre le cancer des enfants, une cause oubliée. "Seulement 2% des fonds collectés pour la recherche contre le cancer sont destinés à la recherche contre le cancer des enfants, considéré comme une maladie rare. Or 1 enfant sur 440 est touché par ce fléau chaque année, et le cancer est la première cause de mortalité par maladie chez l'enfant", explique Patricia Blanc. Imagine for Margo est partenaire depuis 2012 du groupement européen de chercheurs Innovative Therapies for Children with Cancer (ITCC) : ses dons financent des programmes innovants sur des traitements spécifiques en pédiatrie.

 

12 marathons dans l'année

  • 22 janvier 2016 Dubaï
  • 21 février 2016 Séville
  • 13 mars 2016 Barcelone
  • 17 avril 2016 Hambourg
  • 22 mai 2016 Copenhague
  • 2 juillet 2016 Rovaniemi
  • 13 août 2016 Helsinki
  • 17 septembre 2016 Oslo
  • 16 octobre 2016 Amsterdam
  • 6 novembre 2016 Porto
  • 27 novembre 2016 Florence
  • 18 décembre 2016 Pise

 

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer