Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : un conciliateur négocie avec les créanciers, le déménagement est annulé

Face à la recrudescence du Covid-19, les perspectives de redressement s’assombrissent pour TUI France, en plein plan social.

Mercredi 26 août s’est tenue une réunion extraordinaire du Conseil social et économique (CSE) de TUI France. L’objectif était notamment de faire un point sur la situation économique et le plan social prévu en France.

La direction ne s’en cache pas, la situation économique du groupe allemand et de TUI France est « très préoccupante ». « Face à la recrudescence de la Covid-19, de nombreux pays renforcent leurs consignes sanitaires et laissent présager une forte diminution du nombre de destinations ouvertes sur l’hiver », explique une note interne diffusée par la direction de la communication le 26 août. « Si les réservations ne repartent pas, le business plan du projet devra être revu à la baisse, ce qui dégradera les perspectives de redressement du résultat », est-il ajouté.

Hier, un conciliateur judiciaire a été présenté en CSE, indique Lazare Razkallah, le secrétaire général du CSE. Il s’agit de Frédéric Abitbol, lequel n’est pas de la famille de Laurent Abitbol » (Marietton Développement), précise l’élu. C’est le tribunal de commerce de Nanterre qui l’a désigné.

Quel est le rôle du conciliateur ?

« Dans le contexte actuel de crise inédite, il est apparu nécessaire, pour piloter au mieux l’entreprise, de s’entourer d’experts afin d’anticiper, prendre les bonnes décisions le plus tôt possible, et éviter de gérer dans l’urgence la dégradation de la situation de l’entreprise, explique la direction de la communication dans un « statement » du 26 août. TUI France a donc décidé de solliciter l’assistance d’un conciliateur. »

Sa mission est « d’aider les entreprises, qui rencontrent des difficultés financières ou des situations de crises, dans la définition et la mise en en œuvre de solutions destinées à assurer leur pérennité, notamment par la négociation d’accords amiables avec leurs principaux créanciers et partenaires, poursuit le communiqué. La mission a commencé mi-mai, elle se terminera dans 1 à 2 mois, une fois que l’avenir du nouveau TUI France sera assuré. »

Marietton et Karavel sur les rangs ?

« TUI France rencontre des difficultés à payer les salaires, l’URSSAF, ses prestataires, les loyers, etc. Frédéric Abitbol s’est rendu à Bercy, auprès du CIRI (Comité Interministériel de Restructuration Industrielle, NDLR) pour négocier des reports de charges, ce qu’il a en partie obtenu », croit savoir Lazare Razkallah. « C’est pourtant Hans van de Velde (PDG de TUI France, NDLR) qui aurait dû négocier », estime l’élu, en ajoutant que le déménagement du siège de Levallois-Perret est annulé, pour des questions économiques. « Nous restons sur le même site, avec une surface réduite, nous indique-t-il ce midi, en pleine nouvelle réunion de CSE. La vraie stratégie pour TUI France, c’est désormais de faire entrer un partenaire dans le capital qui, selon des rumeurs courant depuis début juillet, pourrait être Marietton ou Karavel ».

En attendant, les mesures de chômage partiel devraient être prolongées. Et surtout, le plan social, menaçant deux emplois sur trois (jusqu’à 583 postes sur 904 salariés en CDI), se poursuit. Le secrétaire général du CSE dénonce toutefois un « chantage à la liquidation judiciaire ». Et déplore le fait que le siège refuse la nomination d’un médiateur. La direction s’en défend : « Un médiateur n’est pas la solution adaptée, c’est une personne qui est chargée de résoudre des conflits. La direction est ouverte à toutes les discussions avec les représentants du CSE sur le changement de modèle d’organisation de TUI France et ses impacts. D’autre part, s’il y a besoin d’avoir une intervention neutre, c’est plutôt le rôle du ministère du travail et de la Direccte. Ce sont exactement leurs missions. »

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique