Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

South African Airways redécollera le 23 septembre

Souvent donnée pour morte, South African Airways, la deuxième compagnie d’Afrique, devrait renaître de ses cendres et redécoller fin septembre.

South African Airways (SAA) devrait reprendre ses vols le 23 septembre. Cette annonce, publiée sur son site et les réseaux sociaux, intervient après que le transporteur national sud-africain a cessé ses vols commerciaux depuis début 2020. La compagnie faisait face à des problèmes financiers croissants depuis des années. Auparavant deuxième compagnie aérienne d’Afrique après Ethiopian Airlines, SAA avait été placée en décembre 2019 en plan de sauvegarde pour éviter la faillite. Le plan de restructuration de 10,5 milliards de rands (près de 600 millions d’euros au cours actuel) s’est accompagné d’un vaste plan de licenciements.

SAA, qui n’avait enregistré aucun bénéfice depuis 2011, ne survivait depuis des années que sous perfusion d’argent public. Sa situation s’est encore aggravée pendant la pandémie de Covid-19, toutes les opérations ayant été mises en veilleuse en septembre 2020.

South African Airways privilégiera l’Afrique

En juin, le gouvernement a annoncé la privatisation de la compagnie désormais majoritairement détenue par un consortium privé, Takatso, composé notamment d’un opérateur aérien low cost.  « L’attente est enfin terminée. Dans un peu moins d’un mois, les couleurs de SAA seront à nouveau visibles dans le ciel, la compagnie aérienne reprendra ses activités », a-t-elle déclaré sur Twitter, précisant que « les premiers vols commenceront le jeudi 23 septembre 2021 ».

La compagnie aérienne commencera des vols de Johannesburg à Cape Town, Accra, Kinshasa, Harare, Lusaka et Maputo. Les billets sont en vente depuis le jeudi 26 août. Les grandes difficultés financières de la compagnie, comme celles de beaucoup d’autres entreprises publiques sud-africaines, sont largement attribuées à la mauvaise gestion et la corruption sous l’ère de l’ex-président Jacob Zuma (2009-2018).

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique