Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Selon l’OMT, 2021 ne sera pas meilleure que 2020

C’est ce qui ressort de la dernière édition du baromètre de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) concernant l’activité touristique à l’échelle mondiale en 2021.

L’OMT estime notamment que l’industrie touristique va perdre 2 000 milliards de dollars cette année à cause des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, soit une perte similaire à celle essuyée en 2020. Selon l’agence onusienne, qui tiendra à partir de mardi et jusqu’au 3 décembre son Assemblée générale à Madrid, les arrivées de touristes internationaux devraient ainsi rester cette année « de 70 à 75% inférieures » à celles de l’avant-pandémie.

Pourtant, le secteur a connu une petite embellie au cours du troisième trimestre 2021. Certaines îles des Caraïbes et d’Asie du Sud, ainsi que quelques petites destinations d’Europe méridionale et méditerranéenne, ont connu « des arrivées proches des niveaux pré-pandémiques, voire parfois supérieures ». Mais la reprise, « lente et fragile », demeure inégale, à cause des degrés variables de restrictions de mobilité, de taux de vaccination et de confiance des voyageurs ». L’Asie-Pacifique, par exemple, voit ses arrivées diminuer de 95% par rapport à 2019. Parmi les grandes destinations, la Croatie (-19 %), le Mexique (-20 %) et la Turquie (-35 %) ont affiché les meilleurs résultats entre juillet et septembre 2021, selon les informations actuellement disponibles.

« La crise du secteur touristique est historique, mais le tourisme a la capacité de récupérer rapidement »

Mais le secteur est toujours très fragile, vacillant à la moindre secousse sanitaire. Ces dernières semaines, de nouvelles restrictions ont été prises en Europe et ailleurs pour faire face à une nouvelle vague de l’épidémie, tandis que le variant Omicron, détecté pour la première fois en Afrique du Sud, a provoqué la suspension de tous les vols en provenance d’Afrique Australe et se répand très rapidement à travers le monde. Ces dernières évolutions montrent que « la situation est totalement imprévisible » et que le secteur touristique n’est pas à l’abri d’aléas susceptibles de provoquer « d’énormes dégâts » économiques, selon le secrétaire général de l’OMT Zurab Pololikashvili.

Avec l’augmentation des cas et l’apparition de nouveaux variants, « nous ne pouvons pas baisser la garde et devons poursuivre nos efforts pour assurer l’égalité d’accès aux vaccins, coordonner les procédures de voyage, utiliser les certificats numériques de vaccination pour faciliter la mobilité, et continuer à soutenir le secteur. La crise du secteur touristique est historique, mais le tourisme a la capacité de récupérer rapidement », nuance toutefois Zurab Pololikashvili, en disant avoir l' »espoir que 2022 soit une bien meilleure année que 2021″.

L’OMT reste cependant prudente sur l’année à venir. « Les taux de vaccination inégaux » et « les nouvelles souches de Covid-19″, dont le variant Omicron, pourraient freiner la reprise, tandis que « la pression économique entraînée par la pandémie pourrait également peser sur la demande de voyages, aggravée par la récente flambée des prix du pétrole et la déstabilisation des chaînes d’approvisionnement ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique