Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Park Güell

« Quand on pense que des touristes font l’impasse sur le Park Güell… Pourtant, l’endroit, au nord de la ville, est délicieux. Il faut s’acquitter d’une grimpette sévère de 10 minutes pour rejoindre l’entrée par la Colline des trois-croix. Mais une fois assis sur le monument en ruine qui domine le parc, le souffle revient tandis que les yeux dévorent le sublime panorama sur Barcelone. 20 hectares de verdure et de rocaille, havre de paix

Quand on pense que des touristes font l’impasse sur le Park Güell… Pourtant, l’endroit, au nord de la ville, est délicieux. Il faut s’acquitter d’une grimpette sévère de 10 minutes pour rejoindre l’entrée par la Colline des trois-croix. Mais une fois assis sur le monument en ruine qui domine le parc, le souffle revient tandis que les yeux dévorent le sublime panorama sur Barcelone. 20 hectares de verdure et de rocaille, havre de paix dans une cité bruyante. On flâne dans les allées qui serpentent autour des cactus et des palmiers, on se délecte des effluves d’oliviers et d’orangers… Et sans crier gare, il apparaît : Le viaduc des amoureux, première rencontre avec Antonio Gaudi. Dans l’allée, l’architecte catalan a construit à gauche une succession de balcons arrondis en pierres ocres travaillées comme de la dentelle. Sur la droite, en réponse aux balcons, de grosses pierres savamment disposées donnent naissance à des bancs en alcôve, séparés par des colonnes façon tour d’échec. Vu du dessous, c’est encore plus surprenant, le tout étant porté par d’énormes piliers penchés, semblables à des cales qui maintiennent les bateaux à sec. La visite de la maison-musée Gaudi, où l’artiste passa les 20 dernières années de sa vie, réserve aussi quelques mobiliers et croquis insolites. C’est en descendant vers la sortie (ou l’entrée principale, selon !), que Gaudi a laissé le plus de chefs-d’oeuvre : deux maisons de Schtroumpfs que l’on dirait faites de pain d’épice et de sucre-glace, un escalier monumental dominé par une dragon en mosaïque colorée, une forêt de colonnes (il y en a 86 !) qui soutient une grande esplanade à la balustrade-banquette incrustée de céramiques et de vaisselles cassées… Aucune envie de quitter cet endroit. Ça tombe bien, une place se libère sur la banquette, pile poil face au soleil !

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique