Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Nice et Marseille se disputent les low cost

L’aéroport de Nice vise une hausse de 2 % de son trafic en 2004. Il va devoir faire face au projet d’aérogare bas tarifs à Marseille.

Plus que jamais, l’aéroport de Nice-Côte d’Azur table sur son attractivité auprès des compagnies à bas tarifs pour maintenir ses performances. Sur 9,3 millions de passagers prévus d’ici la fin de l’année (+2 %), les low cost devraient représenter à elles seules près de 33 % du total. Easyjet réalise les deux tiers de ce trafic low cost, avec plus de deux millions de passagers. Et tire le trafic international de la plate-forme (+6 % prévus cette année), face à des vols intérieurs fortement déprimés. C’est dire que Nice observe avec un oeil attentif Marseille, qui peaufine un projet d’aérogare bas tarifs, opérationnelle normalement à l’été 2006.

Certes, la part du trafic low cost (400 000 passagers en 2004) reste marginale à Marseille. Mais les objectifs de la plate-forme phocéenne, qui table sur 1,5 million de passagers supplémentaires en deux ans, sont très ambitieux. Actuellement, l’aéroport de Marseille est environ 9 % moins cher que Nice pour les taxes. Pour la future aérogare, la redevance devrait baisser à un 1 E par passager (au lieu de 3 E pour les vols intérieurs et 6 E pour les vols européens), ce qui va augmenter le différentiel avec Nice.

Déménagements en perspective

Dans l’immédiat, seules Ryanair, Easyjet et Air France ont manifesté leur intérêt pour Marseille. Mais avec une telle ristourne, il est évident que d’autres transporteurs pourraient être tentés de quitter Nice. Même si les deux villes sont distantes de 190 kilomètres et que l’offre touristique entre la Provence et la Côte d’Azur n’est pas comparable.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique