Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Malgré la croissance, Pierre et Vacances devra adapter sa stratégie pour plus de rentabilité

Le groupe dirigé par Olivier Brémond depuis la rentrée vient de publier son chiffre d’affaires 2017/2018, en attendant de dévoiler une nouvelle stratégie.

Sur l’ensemble de l’exercice 2017/2018, Pierre et Vacances/Center Parcs dans son ensemble a enregistré un chiffre d’affaires de 1,523 milliard d’euros, en croissance de 1,1%. Comme l’année dernière, c’est le pôle Tourisme qui est le plus dynamique, avec 1 356,5 millions d’euros de CA (+4,1%).

Tous les segments de l’activité touristique du groupe sont en croissance. Adagio, qui avait été fortement impacté par les vagues d’attentats ayant frappé Paris et Bruxelles, a réalisé de très bonnes performances (+7,1%). Les domaines Center Parcs progressent également (+1,6%) sur l’ensemble des destinations.  Après avoir grevé les performances financières du groupe, Villages Nature Paris semble enfin trouver un rythme de croisière (23,6 millions d’euros de CA sur l’exercice).

Le résultat opérationnel sera en baisse

Le chiffre d’affaires des autres activités touristiques (ventes d’activités, etc.) progresse de 3,7%. Le pôle immobilier génère sur l’exercice annuel 166,5 millions d’euros, avec pour principales contributions Les Senioriales (85 millions d’euros), Villages Nature (12 millions d’euros) et des résidences Pierre et Vacances en France (dont Deauville et Méribel pour 30 millions d’euros) et en Espagne (10 millions d’euros).

Malgré toutes ces performances en croissance, le groupe anticipe un résultat opérationnel en baisse par rapport à l’année précédente, notamment « du fait du décalage sur l’exercice 2018/19 de l’importante contribution des signatures de ventes en blocs des programmes immobiliers de rénovation de Domaines Center Parcs en Belgique et aux Pays-Bas ».

Les résultats consolidés seront publiés le 22 novembre. L’occasion pour Olivier Brémond, devenu directeur général le 3 septembre 2018, de présenter une stratégie à 4 ans dont l’objectif est de « créer les conditions d’une amélioration structurelle de la rentabilité ».