Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les tour-opérateurs jouent la proximité

Pour séduire de nouveaux clients qui ne veulent pas transiter par Paris, les principaux affréteurs opèrent un maillage de l'Hexagone de plus en plus serré, avec des départs ponctuels depuis des villes moyennes .

Il y a quelque jours, René Marc-Chikli, président de l'association de tour-opérateurs Ceto, se réjouissait de la reprise des réservations pour les vacances d'été (+ 6 % en février), après un mois de janvier plutôt morose. Une bonne nouvelle qui semble donner raison aux principaux voyagistes qui ont pris de forts engagements charters pour la haute saison, avec, plus que jamais cette année, un effort sur les départs de province.

Gros affréteur avec une offre globale de 490 000 sièges, stable par rapport à l'été dernier, Fram a ainsi opéré depuis quelques années un véritable basculement de Paris vers la province. Cette dernière concentre maintenant 80 % des départs du TO toulousain. Il propose cette année vingt-neuf villes de départ dans l'Hexagone, contre dix-neuf "seulement" l'été précédent.

Les principales nouveautés sont le lancement d'un vol vers Araxos (Grèce) au départ de Paris, Lyon, Nantes et Toulouse (depuis le 1er avril et jusqu'au 14 octobre avec Air Méditerranée), une liaison de Brest vers Palerme (du 4 mai au 22 juin avec Europe Airpost), l'ouverture de chaînes charters vers la Bulgarie et la Croatie à partir de Bordeaux pendant toute la saison, et enfin, l'ajout d'un deuxième vol hebdomadaire vers Malaga, chaque mercredi depuis Nantes.

 

L'avion au pied de sa porte

 

Mais le TO va encore plus loin en proposant notamment des vols ponctuels (quelques dates de départ dans l'année) depuis Cherbourg, Clermont- Ferrand, Deauville, Dole, la Rochelle, Pau, Poitiers, Rennes, Toulon et Tours, vers la Croatie, la Tunisie, Madère et le Maroc, afin de séduire les clients qui veulent décoller de chez eux et qui, sans cette offre, ne seraient sans doute pas partis à l'étranger.

Thomas Cook/Neckermann, avec 270 000 sièges affrétés cet été, propose, quant à lui, peu de nouveautés, à part les deux destinations déjà lancées cet hiver : Chypre et le Mexique, auxquelles s'ajoute Antalya (au départ de Paris, Lyon et Nantes). Cependant, les deux tour-opérateurs montent en puissance. En plus de la capitale, le groupe propose des vols au départ de huit aéroports de province, avec toujours une forte présence à Lille (via la marque Aquatour), où il dessert Marrakech, Heraklion, Palma, Corfou, Venise, Djerba, Agadir, Split, Malaga et Izmir, grâce à son partenariat traditionnel avec XL Airways.

 

Campagne d'affichage

 

Look, en phase de reconquête n'est pas en reste et redéploie lui aussi son offre, pour le moment dans les grandes capitales de province. "Nous avons décidé de mettre l'accent cette année sur les départs depuis les régions, explique Marc Desnos, directeur des transports du voyagiste. Notre offre en sièges est en hausse de 30 % cet été, avec des efforts importants pour Lyon (+ 20 %) et Nantes (+ 25 %) mais surtout Marseille et Toulouse, où les augmentations de capacités atteignent 70 %."

Cette forte poussée coïncide avec les ouvertures de nouveaux clubs Lookea à Ibiza (Baléares) et Fuerteventura (Canaries). Les stocks ont également été renforcés vers la Turquie, dans le cadre du lancement d'un deuxième Lookea à Bodrum. "En 2008, nous devrions encore renforcer notre offre au départ de province", prédit Marc Desnos.

Traditionnellement le plus gros affréteur (en hausse de 38,2 %), Marmara présente en principale nouveauté Palma de Majorque. Une destination vers laquelle le TO dispose de près de 26 000 sièges pour la saison, en collaboration avec le transporteur espagnol Spanair. Pour l'occasion, le voyagiste s'est fendu d'une vaste campagne d'affichage à Paris et dans cinq villes de province (Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes et Mulhouse), et propose pendant tout le mois d'avril un séjour d'une semaine au Roc Carolina à partir de 299 E par personne.

Marmara augmente, par ailleurs, son offre vers le Maroc, sans préciser l'accroissement de la capacité. Le TO ajoute ainsi Casablanca et Oujda au départ de Lyon, Marseille et Nantes et renforce ses stocks vers Agadir et Marrakech, en partenariat avec les compagnies Atlas Blue, New Axis Airways et XL Airways.

Reste à savoir comment son programme va évoluer, alors que sa maison mère (First Choice) est sur le point de fusionner avec TUI, propriétaire de Nouvelles Frontières en France. Les deux TO devraient être amenés à collaborer plus étroitement, alors que NF co-affrète pour le moment une partie de ses vols avec Fram.

 

Les vols "one shot" en test

 

Curieusement, TUI/Nouvelles Frontières et Club Med/Jet Tours sont peu locaces sur le nombre de sièges qu'ils proposent à la vente. TUI/Nouvelles Frontières précise néanmoins qu'il met aussi l'accent sur les départs régionaux, souvent en co-affrètements avec d'autres voyagistes. Parmi les nouveautés, citons le lancement de vols au départ de Biarritz, Clermont-Ferrand, Dole, Montpellier, et Toulon vers Marrakech. Pour cette destination et face à la demande croissante de la clientèle, le groupe teste par ailleurs des vols "one shot" (une seule date de départ) depuis les aéroports secondaires. Après Dijon, Perpignan, Pau et Metz, des rotations sont prévues au départ de Dole (15 avril), Toulon (22 avril), Poitiers (6 mai) et Tours (13 mai).

Parmi les nouveautés estivales de NF/TUI, on trouve aussi Fuerteventura (Canaries) au départ de Lyon et Nantes en collaboration avec Médiades, sur Europe Airpost. Autre destination lancée cet été : Calvi, avec un vol chaque samedi du 30 juin au 1er septembre, avec Ollandini. A noter enfin les vols opérés entre Paris et Palerme avec la low cost Windjet, tous les vendredis jusqu'au 28 septembre. Peu d'innvovations en revanche chez Club Med/Jet Tours, si ce n'est deux départs supplémentaires vers Antalya depuis Nice et Toulouse et des co-affrètements avec Starter, Thomas Cook, Fram et Go Voyages notamment.

 

Un renforcement en 2008

 

Fort de son accord d'affrètement conclu pour cinq ans avec Air Méditerranée (qui porte sur deux avions), Go Voyages lance de son côté deux destinations : Varna en Bulgarie (le samedi), et Sal au Cap-Vert (le lundi). Par ailleurs, le TO à la grenouille innove lui aussi avec des vols ponctuels pour Oslo, depuis Clermont-Ferrand et Poitiers (le 26 juin et le 3 juillet), vers Shannon au départ de Dijon (le 21 juin) et de Clermont-Ferrand (chaque jeudi, du 14 juin au 5 juillet). Go Voyages vole également au départ de Roissy pour Casablanca (le mercredi, du 27 juin au 5 septembre) et Constanza en Roumanie (du 11 mai au 28 septembre). Surtout, le voyagiste confirme qu'il envisage de renforcer son offre en province dès 2008.

 

Une part de la clientèle préfère les vols réguliers

 

Les régions ne sont toutefois pas l'apanage des gros TO. Médiades propose par exemple 79 000 sièges affrétés en Turquie mais aussi l'ouverture des Canaries (9 000 sièges). "Nous avons d'abord lancé un vol le samedi pour Fuerteventura depuis Paris. Devant le succès, nous l'avons doublé avec une fréquence le jeudi pendant l'été, explique Thomas Fiorito, directeur commercial. Vers la Turquie, l'offre du voyagiste reste stable avec toujours, en plus de Paris, des vols de Lyon, Nantes, Strasbourg et Bâle-Mulhouse. S'il a privilégié la prudence après les déboires de la Turquie l'an dernier, le TO ne cache pas qu'il pourrait accentuer ses efforts l'été prochain sur les départs régionaux.

L'offre se développe aussi sur des destinations moins courues. A la faveur de l'ouverture d'un bureau en Pologne, le groupiste Travel Europe lance ainsi ses propres vols charters (5 000 sièges) à destination de Cracovie et de Gdansk, couplés avec plusieurs programmes dont un grand tour de Pologne en huit jours. Les départs s'effectuent de Paris mais aussi de Nantes, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux (entrée Gdansk et sortie Cracovie), offrant à la clientèle régionale une nouvelle destination. Le reste des affrètements du TO se répartit entre la Croatie (25 000 sièges pour Dubrovnik, Pula et Split), Prague et Budapest (15 000 sièges) et Innsbruck (3 000 sièges). "Nous avons réduit l'offre vers la Croatie et vers Prague, car ces destinations ont tendance à s'éroder", précise Jean-Louis Lopez, directeur général de Travel Europe.

Un constat partagé par Marsans/Transtours dont les affrètements vers la Croatie sont en recul de 34,8 % ! "Nous avons préféré être prudents, alors que les prix sur place se sont littéralement envolés l'été dernier. Par ailleurs, une part importante de notre clientèle préfère désormais voler sur compagnie régulière. Même tendance vers la Russie, où nous travaillons le plus souvent avec des blocs-sièges", explique Bernard-Xavier Spokojny, directeur marketing de Marsans/Transtours.

En long-courr

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique