Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : et vogue la galère…

Une petite lueur d’espoir dans ce monde de brutes. A l’Est, un peu de nouveau. Sur les mers jolies pourtant, un vent de bon aloi semble se lever doucement, à tel point que les compagnies de croisières envisagent très sérieusement de reprendre leurs courses.

Du côté de l’Ukraine, face à la Russie, à l’heure où j’écris ces lignes, le Tsar de toutes les Russies paraît jouer dans l’apaisement. Du moins en termes de paroles (paroles, paroles) et de déclarations plus ou moins réjouissantes. « Je ne veux pas la guerre », assura-t-il hier. Selon le Kremlin, une (petite ?) partie des troupes de Cosaques massées à la frontière entre l’Ukraine et la Russie « aurait » regagné ses bases… plus loin !

Sauf que, ce matin, il ne s’est toujours rien passé ! Ce qui, au fur et à mesure que le temps passe, incite de nombreuses compagnies aériennes internationales à soit annuler leurs vols à destination de Kiev, soit à éviter de survoler l’espace aérien ukrainien, ainsi que certaines zones au-dessus de la mer Noire.

Dominique Gobert, éditorialiste

Air Ukraine, la compagnie nationale vient d’ailleurs de se voir retirer de la part de ses assureurs toute garantie pour ses vols dans l’espace aérien ukrainien.

Plusieurs autres compagnies ont également annulé leurs vols vers cette destination, dont KLM. En revanche sa « collègue » Air France poursuit pour l’instant ses rotations.

Il est vrai qu’un missile, tiré par un abruti débile, peut faire de très gros dégâts. On se souvient encore du vol de Malaysia Airlines, le 17 juillet 2014 : 298 morts.

Donc, ainsi que le disait Jean-Yves Le Drian hier soir, notre bon ministre des Affaires « étranges » en mentionnant les déclarations de Poutine, « Nous voulons des actes, pas des paroles ».

Prudence et circonspection donc.

En revanche, et c’est une bonne nouvelle pour un pan important du secteur du tourisme, les grandes compagnies de croisières sont décidées à reprendre la mer. C’est Costa qui s’y colle le premier, en annonçant qu’il remet toute sa flotte à l’eau d’ici à cet été. 

Attention à ne pas sombrer dans un optimisme inconsidéré !

Mais au moins, cette décision prouve que le retour au voyage est de plus en plus en bonne voie. Costa, nos bons amis italiens ont bien raison d’envisager le proche avenir avec cette joie typiquement méditerranéenne et pleine de vie.

Et en plus, les excursions terrestres seront quasi « libres ». Que du bonheur, d’autant que les réservations semblent bien se bousculer à l’embarcadère.

Que du bonheur, ce qui ne devrait pas manquer de motiver le grand concurrent MSC, italien lui aussi, de redéployer sa flotte à travers le monde.

Mais au moins ces flottes sont pacifiques et fières de l’être.

Seul bémol, toutes les frontières maritimes seront-elles bien ouvertes d’ici là ? Le Maroc, par exemple qui se targue d’avoir enfin ouvert ses frontières, a juste oublié de libérer ses entrées maritimes…

Il est vrai que le Covid ne prend pas le bateau, uniquement l’avion !

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique