Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCF invente le train à horaire variable, au même prix

Dans l’incapacité de fiabiliser le service de certains de ses trains, le transporteur a appelé son service commercial à la rescousse. Une agilité à méditer.

Devant la lente dégradation du réseau ferré français et face à la multiplication des retards dus aux travaux d’entretien, la SNCF a transformé un handicap en atout commercial. En effet, Réseau ferré de France (RFF), la société en charge de l’entretien des voies, prévoit un bon millier de chantiers en 2011, avec, à la clé, des retards voire des annulations de trains. Or, il arrive que RFF annule la circulation d’un train sans crier gare ou presque. « L’information nous est donnée parfois deux semaines seulement avant le départ », indique la SNCF. En conséquence, un tel train est proposé à la réservation en dehors des délais habituels, et le client ne peut plus bénéficier des tarifs les plus bas, qui sont proposés aux voyageurs réservant deux ou trois mois à l’avance. Pour remplir ses trains « flottants » qui, quand ils en ont l’autorisation, partent à vide faute de voyageurs informés et/où munis de billets, le transporteur a décidé de les ouvrir à la réservation comme n’importe quel autre train, mais avec des écarts d’au maximum 30 minutes pour les TGV et deux heures pour les Lunéa (trains de nuit). « Le dispositif porte sur environ 40 à 50 trains par mois, soit peu de chose par rapport aux 800 TGV circulant chaque jour en France », a rassuré Barbara Dalibard, directrice des grandes lignes. Les premiers trains à horaire variable ont circulé cette semaine entre Paris et Dijon. D’autres suivront, vers Toulouse ou Bordeaux.

UNE RÉVOLUTION CULTURELLE

Cette offre marque une rupture dans la culture cheminote, dont la vertu cardinale est la ponctualité. Cette fois-ci, le transporteur préfère répondre à un besoin du client par une belle agilité commerciale, quitte à renoncer à la qualité de service. « C’est un vrai changement culturel, mais les retours de l’expérience tentée l’an dernier sont positifs », indique la SNCF. L’offre de train à horaire variable est tout de même un aménagement des obligations de service du transporteur à son avantage, sans contrepartie tarifaire pour le client.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique