Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Rambla

« Charlie Chaplin, immobile sur une caisse en bois, fixe l’horizon sans ciller. Cinq mètres plus loin, un squelette animé par un Sud-Américain se trémousse sur un rock de Bill Haley, devant une foule amusée. La Rambla, la plus célèbre avenue de Barcelone, est un haut-lieu d’expression pour les artistes de rue. Musiciens, « statues humaines », marionnettistes redoublent d’efforts pour capter une clientèle touristique très sollicitée. De la p

Charlie Chaplin, immobile sur une caisse en bois, fixe l’horizon sans ciller. Cinq mètres plus loin, un squelette animé par un Sud-Américain se trémousse sur un rock de Bill Haley, devant une foule amusée. La Rambla, la plus célèbre avenue de Barcelone, est un haut-lieu d’expression pour les artistes de rue. Musiciens, statues humaines, marionnettistes redoublent d’efforts pour capter une clientèle touristique très sollicitée. De la place Catalunya jusqu’au Vieux port, bars, hôtels, tavernes basques, restaurants végétariens et magasins de souvenirs se disputent les trottoirs. Au centre, la longue allée piétonnière, bordée d’arbres, aligne ses artistes mais aussi ses oiseliers, fleuristes et kiosques à journaux aux vendeurs polyglottes. Quelques ménagères, cabas à la main, bifurquent à droite pour disparaître dans les allées de Sant Josep, le marché d’alimentation couvert surnommé La Boqueria. Ça fleure bon les épices et le jambon, ça éclate de mille couleurs de fruits exotiques, ça parle fort et ça rit joyeusement… De retour sur l’avenue, une façade pimpante attire le regard. Le grand théâtre Liceu qui, comme son nom ne l’indique pas est l’opéra de Barcelone, a dû subir un lifting après un incendie en 1994. Puccini et Verdi se partagent l’affiche. Mais la vraie vedette, figée dans le bronze et à 60 m du sol, c’est Christophe Colomb. L’énorme monument dédié à l’explorateur, qui aurait débarqué ici même en 1493, marque aussi la fin de la Rambla. Zut ! On a raté le pavement en mosaïque de Joan Miro et les réverbères de Gaudi sur la Plaça Reial… Pas grave… on se la refait !

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique